5ème escroquerie : Le déficit commercial est un déséquilibre insoutenable qui fait perdre des emplois et de la production

Warren Mosler

2012

VALANCE CO., INC.,

Traduction par Robert Cauneau – MMT France


Escroquerie innocente et mortelle n°5

Le déficit commercial est un déséquilibre insoutenable qui fait perdre des emplois et de la production.

LES FAITS

Les importations sont des avantages réels et les exportations sont des coûts réels. Les déficits commerciaux améliorent directement notre niveau de vie. Des emplois sont perdus parce que les impôts sont trop élevés pour un niveau donné de dépenses publiques, et non à cause des importations.

Vous pouvez maintenant soupçonner que, une fois de plus, le courant mainstream a tout faux, y compris les enjeux du commerce. Pour se mettre sur la bonne voie au sujet de la question du commerce, rappelez-vous toujours ceci : En économie, il vaut mieux recevoir que donner. Par conséquent, comme cela est enseigné en 1ère année d’économie :

Les importations sont des avantages réels. Les exportations sont des coûts réels.

En d’autres termes, le fait d’aller travailler pour produire des biens et services réels à exporter pour que quelqu’un d’autre les consomme ne vous apporte aucun bien économique, à moins que vous puissiez importer et consommer en retour les biens et services réels que les autres produisent. En termes plus succincts : La vraie richesse d’une nation, c’est tout ce qu’elle produit et conserve pour elle-même, plus tout ce qu’elle importe, moins ce qu’elle doit exporter.

En fait, un déficit commercial augmente notre niveau de vie réel. Comment peut-il en être autrement ? Ainsi, plus le déficit commercial est élevé, mieux c’est. Les économistes, les politiciens et les médias ont tout faux sur les enjeux du commerce. C’est triste mais vrai.

Pour poursuivre : si, par exemple, le général MacArthur avait proclamé après la Seconde Guerre mondiale que depuis que le Japon avait perdu la guerre, il aurait dû envoyer 2 millions de voitures par an aux États-Unis et n’obtenir rien en retour, cela aurait provoqué un tollé international majeur sur l’exploitation par les États-Unis de leurs ennemis vaincus. Nous aurions été accusés d’avoir favorisé une répétition de l’après-guerre de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle les alliés ont exigé des réparations de l’Allemagne qui étaient sans aucun doute si élevées et si abusives qu’elles ont causé la Seconde Guerre mondiale. Eh bien, MacArthur n’a pas commandé cela, mais depuis plus de 60 ans, le Japon nous envoie en fait environ 2 millions de voitures par an, et nous ne leur envoyons rien, ou si peu. Et, d’une manière étonnante, les Japonais pensent que cela signifie qu’ils sont en train de gagner la « guerre commerciale », et nous pensons que cela signifie que nous sommes en train de la perdre. Nous disposons des voitures, et ils disposent du relevé bancaire de la Fed qui indique dans quel compte se trouvent leurs dollars.

C’est la même chose avec la Chine – les Chinois pensent qu’ils gagnent parce qu’ils gardent nos magasins pleins de leurs produits et n’obtiennent rien en retour, à part ce relevé bancaire de la Fed. Et nos dirigeants sont d’accord et pensent que nous sommes en train de perdre. C’est de la folie à grande échelle.

Maintenant, jetons un regard nouveau sur les gros titres et les commentaires que nous voyons et entendons quotidiennement :

– Les États-Unis « souffrent » d’un déficit commercial.

– Le déficit commercial est un « déséquilibre » insoutenable.

– Les États-Unis perdent des emplois au profit de la Chine.

– Comme un marin ivre, les États-Unis empruntent à l’étranger pour financer leurs dépenses, laissant la facture à nos enfants, tandis que nous épuisons notre épargne nationale.

J’ai tout entendu, et tout ça n’a aucun sens. Nous bénéficions ÉNORMÉMENT du déficit commercial. Le reste du monde nous a envoyé des centaines de milliards de dollars de biens et de services réels d’une valeur supérieure à ce que nous leur envoyons. Ils parviennent à produire et à exporter, et nous parvenons à importer et à consommer. S’agit-il d’un déséquilibre insoutenable que nous devrions corriger ? Pourquoi voudrions-nous y mettre fin ? Tant qu’ils veulent nous envoyer des biens et des services sans exiger de biens et de services en retour, pourquoi ne pourrions-nous pas les prendre ?

Il n’y a aucune raison, si ce n’est une incompréhension totale de notre système monétaire par nos dirigeants qui a transformé un avantage réel énorme en un cauchemar de chômage intérieur.

Rappelons-nous des escroqueries innocentes précédentes, les États-Unis peuvent TOUJOURS soutenir la production nationale et maintenir le plein emploi national par le biais d’une politique budgétaire (réductions d’impôt et / ou dépenses publiques), même lorsque la Chine, ou tout autre pays, décide de nous envoyer des biens et des services réels qui déplacent nos industries qui faisaient auparavant ce travail. Tout ce que nous avons à faire, c’est de maintenir le pouvoir de dépenser des Américains suffisamment élevé pour pouvoir acheter À LA FOIS ce que les étrangers veulent nous vendre ET tous les biens et services que nous pouvons produire nous-mêmes au plein emploi. Oui, des emplois peuvent être perdus dans un ou plusieurs secteurs. Mais avec une bonne politique budgétaire, le pouvoir domestique de dépenser sera toujours suffisant pour pouvoir employer ceux qui sont capables et disposés à travailler, produisant d’autres biens et services pour notre consommation privée et publique. En fait, jusqu’à récemment, le chômage est resté relativement bas, bien que notre déficit commercial n’ait cessé de croître.

Alors, qu’en est-il du bruit selon lequel les États-Unis empruntent à l’étranger comme un marin ivre pour financer nos habitudes de consommation ? Ce n’est pas vrai non plus ! Nous ne dépendons pas de la Chine pour acheter nos titres ou pour financer nos dépenses. Voilà ce qui se passe vraiment : La création de crédit intérieur finance l’épargne étrangère.

Qu’est-ce que cela signifie ? Examinons l’exemple d’une transaction typique. Supposons que vous vivez aux États-Unis et que vous décidez d’acheter une voiture fabriquée en Chine. Vous allez dans une banque américaine, qui vous accorde un prêt et vous dépensez les fonds pour la voiture. Vous avez échangé les fonds empruntés pour la voiture, le constructeur automobile chinois dispose d’un dépôt à la banque et la banque dispose dans ses livres d’un prêt qu’elle vous a accordé et d’ un dépôt appartenant au constructeur automobile chinois. Premièrement, toutes les parties sont « satisfaites ». Vous préférez avoir la voiture plutôt que les fonds, sinon vous ne l’auriez pas achetée, donc vous êtes satisfait. Le constructeur automobile chinois préfère avoir les fonds plutôt que la voiture, sinon il ne l’aurait pas vendue, donc il est satisfait. La banque souhaite des prêts et des dépôts, sinon elle n’aurait pas fait le prêt, donc elle est satisfaite.

Il n’y a pas de « déséquilibre ». Tout le monde se considère repu et heureux. Chacun a obtenu exactement ce qu’il voulait. La banque dispose d’un prêt et d’un dépôt, donc elle est satisfaite et en équilibre. Le constructeur automobile chinois dispose d’un dépôt en dollars américains qu’il souhaitait comme épargne, donc il est satisfait et heureux. Et vous possédez la voiture que vous désirez, ainsi qu’un paiement de voiture que vous avez accepté, de sorte que vous êtes ainsi satisfait et heureux. Tout le monde est satisfait de ce qu’il possède à ce moment-là.

Et la création de crédit intérieur – le prêt bancaire – a permis de financer le désir des Chinois de détenir un dépôt en dollars américains à la banque, que nous appelons aussi épargne. Où est le « capital étranger » ? Il n’y en a pas ! Toute idée selon laquelle les États-Unis dépendent d’une façon ou d’une autre des capitaux étrangers est inapplicable. Ce sont plutôt les étrangers qui dépendent de notre processus national de création de crédit pour financer leur désir d’épargner des actifs financiers en dollars américains. Il s’agit d’un cas de crédit intérieur finançant l’épargne étrangère. Nous ne dépendons pas de l’épargne étrangère pour financer quoi que ce soit.

Encore une fois, il s’agit de notre tableur et s’ils veulent épargner nos dollars, ils doivent jouer dans notre bac à sable. Et quelles sont les options qui s’offrent aux épargnants étrangers pour leurs dépôts en dollars ? Ils ne peuvent rien faire, sinon acheter d’autres actifs financiers à des vendeurs consentants. Et lorsqu’ils le font aux prix du marché, encore une fois, les deux parties sont satisfaites. Les acheteurs obtiennent ce qu’ils désirent – biens et services immobiliers, autres actifs financiers, etc. Les vendeurs obtiennent ce qu’ils désirent – le dépôt en dollars. Aucun déséquilibre n’est possible. Et il n’y a pas la moindre possibilité pour que les États-Unis dépendent des capitaux étrangers, car aucun capital étranger n’est impliqué dans ce processus.


Texte original : https://moslereconomics.com

Illustration : https://www.facebook.com/FederationGalactiqueDeLumiere/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s