La conga des critiques de la MMT – en marche vers l’oubli

par

Bill Mitchell

9 Mars 2019

Traduction par Robert Cauneau – MMT France

 

Extraits …

L’Eastern Economic Association (EEA), dont le siège est aux États-Unis et qui vise à promouvoir « les échanges éducatifs et scientifiques sur les affaires économiques », a tenu sa conférence annuelle à New York pendant le week-end qui vient de s’écouler. L’un des panels s’est concentré sur « Nouvelles Visions sur la Monnaie » et l’on me dit de façon fiable qu’il s’est transformé en une séance de la MMT, car un autre économiste mécontent, se sentant un peu en déficit d’attention, a cherché à démolir notre travail. La technique se standardise de plus en plus : présenter la MMT comme quelque chose qu’elle n’est pas ; se référer à presque aucune source primaire et seulement à celles qui peuvent être manipulées avec des stratagèmes verbaux pour argumenter ; utiliser cette fausse présentation pour accuser les auteurs de la MMT qui ne sont pas mentionnés d’une série de péchés ; conclure que la MMT est inutile – soit que les choses auxquelles elle donne raison étaient connues et les nouveautés sont mauvaises, etc. Dans le déni, vous avez peur d’admettre que vous faites partie d’un paradigme dégénératif qui a perdu de sa crédibilité. Faites des bavardages en murmurant quelque chose à propos de l’optimisation des conditions de transversalité qui doivent être remplies. Sentez-vous heureux de faire partie de la lignée conga. J’espère que cette conga est sur le point d’être oubliée, là où elle doit être, sur le tas de ferraille de l’anti-connaissance.

 

MMT et les Tendances Google

Les tendances Google permettent de suivre l’évolution d’un sujet sur Internet et de cartographier les points chauds dans le monde. C’est vraiment peu amusant, mais cela m’amuse parfois.

Voici les séries chronologiques mensuelles du 1er janvier 2004 (date de début des données) au 4 mars 2019 pour le sujet de recherche – Théorie monétaire moderne.

Comme Google nous le dit :

Les chiffres représentent l’intérêt de la recherche par rapport au point le plus élevé sur le graphique pour la région et l’heure données. Une valeur de 100 est le pic de popularité pour le sujet. Une valeur de 50 signifie que le sujet est deux fois moins populaire. Un score de 0 signifie qu’il n’y avait pas assez de données pour ce sujet.

Le premier pic a commencé en août 2008 et a culminé en octobre 2008 – la période où Lehmans a fait faillite et où tout le monde se demandait ce qui se passait. L’intérêt a chuté par la suite, mais à un nouveau niveau plus élevé. Le prochain pic a commencé en novembre 2018. Je suppose que c’est l’effet AOC.

MMT_Trends_March_4_2019

Voici la carte correspondante. La semaine dernière, la Finlande est devenue très bleu foncé, surtout concentrée autour d’Helsinki !

MMT_Map_March_4_2019

Le deuxième graphique porte sur le sujet de recherche – Nouvelle économie keynésienne.

Toute la variance est pré-Crise Financière Mondiale et coïncide avec une période où la Grande Modération faisait fureur. Vous pouvez lire mon article de blog – Le mythe de la grande modération (24 janvier 2010) – pour plus de discussion sur ce point.

Après l’émergence de la Crise Financière Mondiale, la tendance à la baisse de l’intérêt pour ce paradigme dégénératif en macroéconomie s’est poursuivie.

NKT_Trends_March_4_2019.png

La carte montre que l’Éthiopie était le point le plus chaud.

Je suppose que la Chine est condamnée si elle continue d’embaucher des docteurs en économie formés aux États-Unis et issus de programmes orthodoxes – voir la carte.

NKT_Map_March_4_2019.png

La popularité grandissante de la MMT fait ressortir d’un peu partout beaucoup de personnes qui jusqu’à maintenant ont ignoré notre travail, mais qui, pour une raison ou une autre, pensent qu’elles doivent avoir un intérêt à entrer dans le jeu, sauf à paraître stupides. Et, la plupart du temps, elles finissent par avoir l’air stupide étant donné la qualité de leurs critiques.

Je ne dis pas un seul instant que l’ensemble du travail que nous avons développé est une théorie de tout. En particulier, cela n’implique pas que la politique soit sans contraintes – réelles ou autres. L’élaboration des politiques n’est pas du tout comme cela. Il faut beaucoup d’art pour mettre en œuvre des interventions économiques importantes. Cette vulnérabilité ne se limite pas à la MMT.

Donc, critiquer la MMT au motif que la politique pourrait être complexe ou épineuse n’est pas du tout critiquer la MMT. C’est le reflet des difficultés qui surgissent lorsque des intérêts particuliers s’affrontent pour faire avancer leurs projets favoris dans la file d’attente.

 

Le panel de l’EEA

On m’a dit que Thomas Palley était dans l’auditoire et qu’il était comme un disque raillé – inflation, inflation, inflation, clic, clic, clic.

Je suis étonné que les critiques du MMT aient écarté Palley pour avoir mis un terme définitif aux lacunes du MMT. Son principal argument est que la MMT ignore « les dilemmes posés par l’analyse de la courbe de Phillips » et n’a pas de modèle formel. Il s’est aussi joint au chœur pour dire qu’il n’y avait rien de nouveau dans la MMT et que ce qui était nouveau n’allait pas – allez comprendre !

J’ai parlé de ses fausses déclarations dans ce billet de blog – je me demande ce que j’ai bien pu écrire toutes ces années (12 février 2013).

Il a été l’un des premiers critiques. J’ai discuté des questions de formalisme dans ces billets de blog (entre autres) :

1. GIGO (7 octobre 2009).

2. OCDE – GIGO Partie 2 (27 juillet 2010).

Je rappelle aux lecteurs l’observation de l’économiste (marxiste) américain Paul Sweezy qui a écrit dans l’article intitulé « Towards a Critique of Economics de 1972 – Monthly Review Press » – que l’orthodoxie économique (mainstream) :

… est restée dans les mêmes limites fondamentales… de l’économiste du libre marché du 19e siècle… ils avaient… donc tendance à… produire des rendements décroissants. Pour compenser cette banalisation des contenus, elle a accordé une attention croissante à l’élaboration et à l’affinement de ses techniques. La conséquence en est qu’aujourd’hui, nous constatons souvent un fossé stupéfiant entre les questions posées et les techniques employées pour y répondre.

Certains des grands penseurs économiques – Marx, Keynes, et beaucoup d’autres – n’ont pas utilisé le genre de formalité triviale qui caractérise les approches néoclassiques et le cadre keynésien hydraulique de Palley.

Et, si vous vous procurez notre nouveau manuel – Macroéconomie – vous verrez combien le formalisme mathématique aide à simplifier l’argument et à faire progresser la compréhension. Sinon, les mots suffisent amplement.

Un autre critique de la MMT à la conférence a été J.W. Mason, qui a apparemment prétendu que la MMT était une théorie non fondée – j’ai traité de ses fausses déclarations dans la série en trois parties :

1. Le fossé entre la macroéconomie dominante et la MMT est irréconciliable – Partie 1 (10 septembre 2018).

2. Le fossé entre la macroéconomie dominante et la MMT est irréconciliable – Partie 2 (11 septembre 2018).

3. Le fossé entre la macroéconomie dominante et la MMT est irréconciliable – Partie 3 (12 septembre 2018).

En fait, j’ai trop de mots pour démontrer mon désaccord. Et, bien évidemment, Mason n’a repris aucun des points évoqués et a continué à utiliser de sa manière enjouée les mêmes représentations profondément erronées de notre travail.

Mais assez parlé de ça.

J’ai également reçu un article d’un certain Gerald Epstein qui travaille à l’UMass à Amherst et qui n’est certainement pas dans la tradition néo-keynésienne dominante. Il fait plutôt partie de l’Institut de recherche en économie politique de cette université et ses perspectives sont hétérodoxes. Il m’a été rapporté que pendant le panel de l’EEA, il a été très excité (les cris étaient le mot d’ordre) à propos du fait que la MMT ignore que les taxes devraient augmenter pour  » payer  » un Green New Deal.

C’est ce qu’on m’a fait croire. Eh bien, que sa performance publique ait été digne d’être commentée ou non n’est pas la question. Son article – The Institutional, Empirical and Policy Limits of’Modern Money Theory – est assez pauvre. Il est représentatif de la qualité de la riposte que nous recevons de la part de ceux des deux côtés de la fracture idéologique – la droite hétérodoxe et la droite dominante. Je ne peux pas faire de lien vers son article – j’en ai reçu une copie par courriel.

Sa conclusion générale est que :

Même si la MMT a pu apporter de précieuses contributions théoriques et doctrinales, ses principales suggestions de politique générale ont peu de pertinence pratique aujourd’hui.

C’est un document qui insulte les personnes séduites par la MMT et qui y voient un moyen de se sortir des échecs de l’économie conventionnelle (et je devrais ajouter le manque d’attention aux questions macroéconomiques fondamentales parmi les économies hétérodoxes).

Apparemment, les gens sont attirés vers des « solutions politiques simplistes » dans le cadre de la « marque MMT » – qui est similaire aux autres attaques dans le sens où nous avons créé une « secte » et attiré des idiots qui sont désespérés pour des réponses avec notre « hokey pokey ». Je pense que c’est insultant – pas pour moi (je m’en fiche) mais pour ceux qui sont attirés par notre travail et qui ne sont pas économistes.

Epstein écrit que « l’attrait récent pour la MMT est compréhensible » étant donné l’échec massif de la macroéconomie dominante », hormis cela :

Les théoriciens du MMT n’ont pas été les premiers ou les seuls économistes à critiquer l’économie de l’austérité néolibérale.

Il énumère une série de documents, dont plusieurs des siens, qui, d’une manière ou d’une autre, seraient à l’origine de telles critiques. Ce qui soulève la question : Pourquoi ces autres « économistes keynésiens et hétérodoxes » n’ont-ils pas fait irruption dans le débat public ? Si l’échec de la macroéconomie dominante est si profond et que ces économistes ont offert des critiques viables, comment se fait-il que seules les idées de la MMT fournissent aux gens les réponses plausibles qu’ils cherchent ?

La réponse qu’Epstein veut faire croire à ses lecteurs est que notre approche est « simpliste » et que les gens sont stupides. On leur a dit, apparemment, que « les dépenses gouvernementales ne doivent JAMAIS être payées et peuvent être mises en œuvre d’un simple coup de crayon monétaire« .

La réalité est que les autres analyses qu’il cite sont peu attrayantes – elles ne font pas partie d’un ensemble cohérent de pensée macroéconomique et, dans de nombreux cas (par exemple, Palley), elles ne font que revenir par défaut au cadre macroéconomique dominant.

Un problème avec la représentation d’Epstein de la MMT est qu’il traite des demi-vérités – en omettant le contexte, en faisant en sorte que les mots utilisent deux sens, etc. Un stratagème classique en fait.

Un examen de sa liste de références montre qu’il n’a cité que 7 articles d’auteurs de la MMT sur 97 articles cités au total. Tous les auteurs de la MMT cités sont basés aux États-Unis et traitent principalement de questions centrées sur les États-Unis.

En fait, il ignore la plus grande partie de la documentation sur la MMT (à laquelle j’ai personnellement beaucoup contribué) sur les petites économies ouvertes, les économies en développement, les flux et les contraintes de capitaux, les taux de change et le commerce, ce qui est pratique pour son propos. Parce qu’il peut alors dire que ces 7 articles – qu’il assimile à l’histoire de la MMT – passent à côté des questions clés.

Mais ce stratagème ne permet pas de critiquer la MMT. Cela reflète simplement le fait évident qu’il ne s’est pas donné la peine de lire une quantité suffisante de la documentation publiée sur la MMT.

Il cite aussi avec autorité des gens comme Jeffrey Frankel, Paul Krugman, le FMI et d’autres sources qui, d’une façon ou d’une autre, présentent des preuves accablantes contre la MMT.

Dans un autre contexte, un économiste hétérodoxe ne donnerait pas plus d’une journée à ce sujet. Mais ils deviennent des « autorités » de confiance quand il s’agit de claquer la MMT.

En réalité, le gouvernement qui dépense la monnaie n’a pas de contraintes financières intrinsèques préalables. Toutes les apparences de telles contraintes sont des inventions du gouvernement lui-même. Et cela revient donc à ce que nous entendons par «payé».

Epstein saurait qu’il joue avec les mots pour faire valoir un point qu’il ne pourrait pas dire s’il énonçait correctement le contrat. Il souhaite que le lecteur se concentre sur les aspects financiers du «payé» et ignore les coûts réels en ressources des dépenses publiques, qui varieront en fonction de l’état du cycle économique.

La déclaration correcte est que les dépenses publiques ne connaissent pas de contraintes financières intrinsèques, mais qu’elles peuvent avoir des contraintes de ressources réelles qui pourraient avoir un impact sur sa capacité à poursuivre son mandat socio-économique. En ce sens, le « payé » serait lié aux ressources réelles utilisées par les dépenses (le « coût réel »).

Son article s’achève en se concentrant sur :

…. la validité de la revendication rhétorique qui a séduit tant de partisans de la gauche progressiste : « Lorsque nous proposons des programmes progressifs, la MMT démontre que nous n’avons pas à discuter ou à nous inquiéter de la façon dont nous allons les payer.

Je me concentrerai uniquement sur ce point.

Le reste du document n’est pas convaincant et répète bon nombre des arguments couramment invoqués contre la MMT – par exemple, il ne s’applique qu’aux États-Unis en tant qu’émetteur de monnaie de réserve ; que les marchés des changes vont crucifier un gouvernement qui tente de mener des politiques contraires aux intérêts des spéculateurs; que nous ignorons le sort des économies en développement qui ne peuvent pas exporter suffisamment pour obtenir les devises étrangères nécessaires pour acheter les importations nécessaires ; que la MMT est  » une politique nationaliste ou « America first », et ainsi de suite.

Certains de ces points ne sont pas couverts dans les 7 articles de la MMT qu’il a pris la peine de citer. S’il avait lu un peu plus largement, il se serait rendu compte que toutes ces questions ont été abordées d’une façon ou d’une autre au cours des 25 dernières années de travail.

Sur sa dernière partie, Epstein écrit :

… discute de certaines des affirmations politiques des défenseurs de la MMT et montre qu’elles sont contradictoires et même potentiellement dangereuses. En particulier, l’affirmation des défenseurs de la MMT selon laquelle les progressistes n’ont pas besoin de discuter de la façon de «payer» leurs politiques est trompeuse, car, même dans les limites strictes de la théorie de la MMT, les défenseurs des politiques progressistes et les politiciens ne peuvent éviter les compromis et évaluer les priorités des leurs politiques – c’est-à-dire qu’ils ne peuvent éviter de discuter des coûts d’opportunité de leurs projets et, bien sûr, même de la façon de les « payer ».

En bref, la réponse est : Non, nous ne pouvons pas éviter de discuter des coûts d’opportunité et du fait qu’une fois que nous aurons atteint notre pleine capacité, nous devrons faire des compromis. C’est une proposition centrale de la MMT.

Nous n’avons jamais évité, contourné ou ignoré cette question. Mais ces coûts d’opportunité sont réels et non financiers. Epstein veut que ses lecteurs confondent ces deux concepts de coûts.

………………

 

Conclusion

Et dans l’intervalle, les Néo-Keynesiens durs sont sortis en force, se mettant dans l’embarras – Krugman, « Mr Spreadsheet » Rogoff, Summers et bien d’autres – tous se précipitant pour rejoindre la conga des critiques. Tous suivent essentiellement le même schéma – peu de citations, fausses représentations, inférences idiotes.

Nous assistons (espérons-le) à ce à quoi ressemble un paradigme dégénératif (dans le sens que Imre Lakatos a donné à ce terme), lorsqu’il tombe dans l’oubli.

Ce que ces personnages ne semblent pas réaliser, c’est qu’ils contribuent probablement à diffuser notre travail à un plus large public.

Nous devrions les en remercier.

C’est assez pour aujourd’hui !

 


Texte original : http://bilbo.economicoutlook.net/blog/?p=41727

Illustration : americas-fr

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s