Qu’est-ce qu’un déficit public trop élevé ?

Par

Stephanie Kelton

7 mars 2019

Traduction par Maxime Lévesque

Lorsque j’étais économiste en chef du parti démocrate à la commission sénatoriale du budget en 2015-2016, j’ai assisté à un certain nombre d’audiences, toutes convoquées par son président, le sénateur républicain Mike Enzi du Wyoming. Il commençait invariablement par des remarques préparées qui comprenaient son observation selon laquelle les déficits sont la preuve d’un « dépassement chronique des dépenses ».

Les démocrates attaqueraient tout aussi invariablement des républicains comme Enzi pour avoir voté en faveur de la réduction d’impôt de décembre 2017, qualifiant cette mesure d’aubaine pour les riches produisant un manque à gagner creusant. Comme je l’ai écrit, l’impact des réductions d’impôt sur le déficit n’est pas la question sur laquelle démocrates et progressistes devraient insister. Nous devrions plutôt nous concentrer sur la substance même de l’argument d’Enzi.

Puisque le déficit budgétaire du gouvernement est, par définition, la différence entre ce qu’il dépense et ce qu’il perçoit sous forme d’impôts et d’autres paiements à lui-même, il peut sembler raisonnable de l’appeler  » dépassement  » lorsque le gouvernement dépense plus que ce qu’il encaisse. Mais ce n’est pas le cas.

Comme tous les économistes le savent, l’inflation – et non un déficit budgétaire – est le signe révélateur d’une économie qui subit les pressions de dépenses excessives. Si les prix n’augmentent pas, vous n’avez pas de problème d’inflation. Et si vous n’avez pas de problème d’inflation, vous n’avez pas de problème de dépenses.

L’affirmation selon laquelle les déficits sont un signe de dépenses excessives n’est qu’un mythe qui déforme le débat national sur ces déficits. Les libéraux aussi bien que les conservateurs ont fait valoir que les déficits d’un billion de dollars que les États-Unis devraient accumuler, dès 2022, mettent l’Amérique sur une voie dangereuse et insoutenable. D’éminents économistes de gauche et de droite ont averti qu’une crise de la dette arrive et que nous devrions agir le plus tôt possible pour faire face à nos problèmes budgétaires imminents.

Les deux camps ont tort. Il ne s’agit pas d’une plainte anodine. Les mythes et les malentendus au sujet des déficits budgétaires détournent l’attention des nombreux défis légitimes auxquels notre pays est confronté et nous laissent plus pauvres que nous ne pourrions l’être autrement.

Dans une série de chroniques, je vais examiner cinq mythes au sujet du budget américain. D’où viennent les mythes, qui en profite et comment pouvons-nous rectifier notre pensée. Les arguments s’appuieront les uns sur les autres, alors ne présumez pas que je n’ai pas réussi à traiter quelque chose d’important tant que la série n’est pas terminée.

Ce qui émergera, si vous restez avec moi, c’est un appel à une nouvelle façon de penser la discipline budgétaire, qui remplace la notion conventionnelle de contrainte budgétaire financière par une véritable contrainte de ressources axée sur le maintien de la valeur de la monnaie. En cours de route, je m’efforcerai de dissiper certaines représentations fausses sur la théorie monétaire moderne, qui est à la base de cette nouvelle vision des déficits publics.

 

Commençons par le mythe de Mike Enzi.

Chaque économie a sa propre « limite de vitesse » interne. Il n’y a qu’un nombre limité de travailleurs, de machines, d’usines, de matières premières, etc. qui peuvent être mis en ligne pour produire les biens et services de notre économie. C’est notre « PIB potentiel ».

Dans une économie déprimée, par exemple, l’économie américaine de 2008-2009, il y avait beaucoup de travailleurs et d’entreprises inactifs qui produisaient bien en deçà de leur pleine capacité. Dans un tel contexte, le gouvernement pouvait facilement accroître son déficit et injecter plus d’argent dans l’économie, sans risque d’inflation problématique.

C’était l’occasion parfaite (manquée) d’investir un billion de dollars dans des projets de modernisation et de reconstruction de l’infrastructure du pays. Des millions de personnes étaient sans emploi, y compris de nombreux constructeurs et entrepreneurs qui ont perdu leur emploi dans la construction après l’effondrement de la bulle immobilière.

En raison de la situation déprimée, le gouvernement aurait pu dépenser un billion de dollars sans augmenter une seule taxe. Cela n’aurait pas été inflationniste. Mais à mesure que les choses se resserrent et que les capacités inutilisées se dissipent, l’économie passe à une utilisation plus complète de ses ressources.

Nous n’atteignons presque jamais la vitesse maximale – nous l’avons fait pendant la mobilisation pour la Seconde Guerre mondiale – et nous n’y sommes presque certainement pas aujourd’hui. Ce jour viendra peut être, et lorsque cela se produira, la dépense se trouvera alors limitée.

Qu’est-ce que cela signifie dans l’environnement actuel ? Je ne doute pas que nous pourrions ajouter plusieurs milliards de dollars aux dépenses courantes sans risquer un problème d’inflation. L’économie est assez forte, et a encore assez de marge de manœuvre, pour facilement absorber une modeste augmentation des dépenses fédérales.

Mais que se passerait-il si nous voulions ajouter des dizaines de milliards, disons, pour l’université gratuite ou des centaines de milliards pour une garantie d’emploi fédérale ? L’économie a-t-elle la capacité d’absorber autant de nouvelles dépenses ou fera-t-elle des ravages poussant à bout notre capacité de production, créant des pénuries de travailleurs, de matières premières, etc.

La réponse est que vous ne pouvez pas savoir tant que vous n’avez pas fait l’analyse. Un programme comme une garantie d’emploi fédérale consisterait à embaucher environ 15 millions de personnes et à leur verser 15 $ l’heure, plus les avantages sociaux, y compris les soins de santé. Cela coûterait environ 350 milliards de dollars par année.

Cela peut sembler trop cher dans le contexte actuel. Peut-être que ça ne l’est pas. En fait, les recherches suggèrent que cela pourrait se faire avec des conséquences inflationnistes minimales, puisque le programme stimule la croissance globale et parce qu’une partie des nouvelles dépenses est compensée par des dépenses moins élevées dans d’autres catégories du budget – par exemple, les indemnités de chômage, les coupons alimentaires, Medicaid et ainsi de suite.

Maintenant, si vous avez essayé de lier tous ces emplois à un Green New Deal  qui vise à dépenser des billions de dollars, décarbonant l’ensemble de l’économie américaine en en l’espace de 10 ans, alors tous les paris sont ouverts. Il n’y a presque certainement aucun moyen d’éviter un effondrement par l’inflation sans une planification minutieuse et au moins quelques mesures compensatoires pour faire place à une mobilisation d’une envergure semblable à celle de la seconde guerre mondiale pour combattre les changements climatiques.

Quiconque réfléchit sérieusement à la façon de réaliser une telle chose à l’époque moderne devrait lire le livre de John Maynard Keynes de 1940, « How to Pay for the War ». On pourrait supposer, à en juger par le titre, que Keynes était en train d’élaborer un plan prescriptif pour réunir les fonds nécessaires pour combattre et gagner la guerre. Ce n’était pas du tout ça.

Le livre exposait soigneusement ce qu’il faudrait pour transformer l’économie d’une économie axée sur la production de biens de consommation à une économie axée sur la production pour l’effort de guerre. Il s’agissait d’un livre sur la façon de réorienter soigneusement les industries et les professions de manière à réduire au minimum les bouleversements et les pressions inflationnistes.

Si nous voulons lutter contre les changements climatiques – une guerre qui touchera presque tous les secteurs de l’économie américaine : l’énergie, le logement, les transports, l’agriculture et ainsi de suite – il faudra une démarche semblable pour gérer le risque inflationniste. Le financement est la partie facile. Le plus difficile, c’est de gérer les bouleversements inévitables pendant la transition.

Les dépenses déficitaires ne sont pas un chèque en blanc. Mais avant d’expliquer comment le gouvernement peut faire ses choix, je dois réfuter une autre idée fausse au sujet des déficits. C’est la plus pernicieuse de toutes : le mythe selon lequel le budget du gouvernement est comme le budget d’un ménage.

 


Article original : bloomberg.com

Illustration : photosgratuite.eu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s