Quand deux pionniers de la MMT se rencontrent pour discuter de leur travail (2ème partie)

par

Bill Mitchell

13 décembre 2018

Traduction par Robert Cauneau – MMT France

 

2ème Principe : L’histoire du chômage et de la garantie d’emploi

Dans une économie normale, il y aura toujours un peu de chômage lorsque les gens passeront d’un emploi à l’autre. Généralement, cet état devrait être transitoire et ne représenter qu’un faible pourcentage de ceux qui sont disposés et disponibles pour travailler. Nous appelons cela un taux de chômage incompressible, qui pourrait se situer autour de 1 à 2 p. 100, selon les pays.

Quoi qu’il en soit, un taux de chômage supérieur à ce minimum incompressible est appelé chômage de masse.

Et, en rassemblant les premières observations ci-dessus, nous pouvons conclure que le chômage est la preuve que les dépenses de l’État sont insuffisantes pour embaucher toutes les personnes que l’imposition de l’État a rendus chômeurs.

Au cours de la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle le soi-disant  » consensus keynésien  » entraîna un chômage de masse, on a parlé d’un chômage  » à déficit de demande « , qui décrit une situation de pénurie globale d’emplois par rapport à l’offre volontaire de ressources humaines (personnes et heures) au niveau courant des salaires.

Il ne s’agissait pas que d’une description, mais plutôt d’une indication selon laquelle un tel chômage découlait d’une insuffisance de dépenses globales.

Le chômage de masse varie donc au cours du cycle économique – il augmente lorsque les dépenses globales sont inférieures au niveau nécessaire pour employer pleinement la main-d’œuvre disponible et diminue lorsque les dépenses globales se rapprochent du niveau nécessaire pour employer pleinement l’offre de main-d’œuvre disponible.

Cette conception est tout à fait conforme à la façon dont la MMT caractérise le chômage de masse. La différence réside dans l’accent mis par la MMT sur le rôle du gouvernement et les opérations concernant les obligations fiscales.

Ainsi, le chômage de masse survient parce que, une fois que le secteur non gouvernemental a mis en œuvre ses décisions en matière de dépenses et d’épargne, le niveau des dépenses est insuffisant pour créer des ventes et une production proportionnelles à la création des emplois nécessaires pour absorber l’offre volontaire et disponible de travail.

La MMT met l’accent sur le fait que cette pénurie découle du fait que, pour un état donné des obligations fiscales, les dépenses gouvernementales sont insuffisantes.

Nous comprenons donc que le remède consiste soit à dépenser davantage dans le secteur non gouvernemental (ce qui peut impliquer l’embauche directe de chômeurs), soit à réduire les obligations fiscales.

Warren dirait que le gouvernement devrait le faire jusqu’à ce que les chômeurs reviennent dans le secteur non gouvernemental.

Il est d’avis que, dans un premier temps, le gouvernement devrait s’approvisionner comme il le souhaite à la  » bonne taille « , comme expliqué. Et une fois que le gouvernement aura atteint la  » bonne taille  » souhaitée, les chômeurs restants pourront être réintégrés dans le secteur privé.

Je l’exprime un peu différemment en permettant la possibilité que le bassin de la garantie d’emploi soit un lieu d’emploi permanent pour certains travailleurs s’ils le désirent. Le fait d’avoir un petit tampon assez rigide ne réduit pas ses caractéristiques de stabilité des prix.

Je comprends également que l’on pourrait faire valoir la possibilité de rendre ces emplois permanents au sein de la partie non garantie d’emploi du secteur public, ce qui est alors directement liée à la référence de Warren à la  » bonne taille « .

Mais le fait est que le gouvernement émetteur de monnaie choisit toujours le taux de chômage prévalant une fois que les décisions de dépenses et d’épargne du secteur non gouvernemental sont mises en œuvre.

A l’époque actuelle, les gouvernements utilisent les chômeurs comme stock tampon pour fournir un point d’ancrage des prix pour les salaires dans l’économie générale.

Au cours de la période de plein emploi  » keynésienne « , les gouvernements ont considéré le chômage de masse comme un objectif de politique générale – à maintenir aussi bas que possible dans les limites de l’inflation qu’ils croyaient exister.

Mais à l’ère néolibérale, les gouvernements se servent du chômage comme d’un outil politique pour discipliner les revendications salariales et assouplir les ventes (ce qui impose une discipline aux entreprises qui pourraient concéder des revendications salariales).

L’approche du stock tampon de chômeurs (parfois appelée approche du NAIRU) est la façon dont la maîtrise de l’inflation est gérée.

Toutefois, plus les gens restent longtemps au chômage, plus la perte de compétences est importante et les employeurs non gouvernementaux ont tendance à préférer embaucher des personnes qui travaillent déjà ou qui n’ont été au chômage que pendant de courtes périodes.

En d’autres termes, le pouvoir disciplinant du chômage exige que les chômeurs constituent une menace pour ceux qui travaillent encore afin qu’ils modèrent leurs revendications salariales.

Toutefois, avec le temps, la menace que représente ce bassin de chômeurs commence à s’estomper à mesure que les chômeurs subissent des pertes de compétences et que les entreprises introduisent de nouvelles technologies et de nouveaux procédés.

Dans ce cas, le NAIRU doit être de plus en plus poussé à la hausse par une politique budgétaire et monétaire restrictive pour que le même degré de menace soit maintenu.

La perte de revenu et les pathologies personnelles (exclusion sociale, préjudice psychologique, etc.) entraînent également des coûts massifs qui aggravent encore les désavantages globaux de l’ancrage du prix du stock régulateur du chômage.

Pour tout motif raisonnable, cette approche de la stabilité des prix est très coûteuse et, en fin de compte, inapplicable dans une économie moderne.

Des taux de chômage élevés et soutenus finissent par miner la stabilité sociale et politique d’un pays, ce qui entraîne des coûts imprévus qui vont bien au-delà de ce qui est mentionné ci-dessus.

Ces billets de blog fournissent une discussion beaucoup plus approfondie de ces points :

1. Les stocks tampons et la stabilité des prix – Partie 1 (26 avril 2013).

2. Les stocks tampons et la stabilité des prix – Partie 2 (13 mai 2013).

3. Les stocks tampons et la stabilité des prix – Partie 3 (17 mai 2013).

4. Les stocks tampons et la stabilité des prix – Partie 4 (24 mai 2013).

5. Les stocks tampons et la stabilité des prix – Partie 5 (31 mai 2013).

L’alternative de la MMT est que le gouvernement introduise une politique de garantie d’emploi pour établir un stock tampon qui fournit un prix d’ancrage supérieur à la politique actuelle utilisant le chômage comme stock tampon.

Warren considère le stock tampon employé comme un moyen de promouvoir la transition du chômage à l’emploi dans le secteur privé.

Je vois que c’est possible, mais il peut aussi s’agir d’un bassin permanent de travailleurs qui ne pourront jamais obtenir un emploi dans le secteur privé au salaire actuel. Mon parti pris n’est pas de privilégier l’emploi non gouvernemental par rapport à l’emploi public.

Mais cela n’enlève rien au fait que la Garantie d’emploi est une politique anti-inflationniste qui rend les externalités positives des emplois mieux rémunérés encore plus importantes pour quiconque veut et peut travailler.

Ces billets de blog sont également pertinents :

1. Quoi qu’il en soit, il s’agit soit de stocks tampons pour l’emploi, soit de stocks tampons pour le chômage (30 décembre 2011).

2. La MMT est biaisée en faveur de l’anticronie (28 décembre 2011).

La garantie d’emploi est une approche de stabilité macroéconomique, ce qui signifie qu’elle est bien plus qu’une simple politique de création d’emplois dans le secteur public.

Au fur et à mesure que la MMT a gagné en popularité, un certain nombre de propositions différentes de garantie d’emploi ont vu le jour, dont plusieurs prétendent être dérivées de la MMT.

Cependant, il n’y a qu’une seule garantie d’emploi dans la MMT.

La garantie d’emploi au sein de la MMT est une construction technique conçue pour remplacer la courbe de Phillips dominante (l’arbitrage entre le chômage et l’inflation).

La garantie d’emploi est un mécanisme de stock tampon supérieur au chômage de masse pour maintenir la stabilité des prix.

Et cela signifie que même si on ne tenait pas l’engagement philosophique ou moral envers le « droit au travail », on préconiserait quand même une garantie de l’emploi (style MMT) à la différence de l’approche NAIRU qui utilise le chômage comme stock tampon d’ancrage des prix.

Ils devraient convenir qu’en termes d’efficacité – ce qui a trait au gaspillage des ressources, par exemple – l’approche du stock tampon d’emplois est supérieure à l’alternative dominante actuelle.

La garantie d’emploi discipline l’inflation parce que le gouvernement offre à quiconque un emploi à salaire fixe qui se situe au bas de la structure salariale.

En période de pressions inflationnistes, le gouvernement peut utiliser la politique budgétaire pour redistribuer les travailleurs du secteur de l’inflation vers le secteur de la garantie d’emploi à prix fixe.

Il est clair qu’il est souhaitable de maintenir le stock tampon de la garantie d’emploi à un niveau minimum.

Ainsi, des ajustements de politique budgétaire peuvent être mis en œuvre pour maintenir la réserve de garantie d’emploi à des niveaux minimums requis pour atteindre la stabilité des prix souhaitée.

 


Article original : http://bilbo.economicoutlook.net/blog/?p=41133

Illustration : seagnature.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s