Quand deux pionniers de la MMT se rencontrent pour discuter de leur travail (3ème partie)

par

Bill Mitchell

Traduction par Robert Cauneau – MMT France

 

3ème Principe : L’histoire de la dette publique

En essayant de comprendre l’émission de la dette publique, nous notons que les fonds dépensés par l’État dans le secteur non gouvernemental (pour les biens et services) sont soit perdus pour l’économie lorsque les impôts sont payés, soit restent dans l’économie comme épargne jusqu’à ce qu’ils servent à payer les impôts.

Ce n’est qu’une question de comptabilité.

L' »épargne » est stockée sous différentes formes comme actifs financiers.

Sur le plan comptable entre les secteurs, un déficit budgétaire du gouvernement (dépenses qui ne sont pas compensées par des impôts) ajoute des actifs financiers nets (s’ajoutant à l’épargne non gouvernementale) disponibles pour le secteur non gouvernemental, et un excédent budgétaire présente l’effet contraire.

Ce dernier point nécessite des explications supplémentaires, car il est crucial pour comprendre les fondements de la MMT.

Compte tenu de la tendance actuelle à l’appariement (inutile) des déficits budgétaires (dépenses supérieures aux retraits d’impôt), nous disons que ce que l’on appelle communément la  » dette publique  » n’est en fait que l’enregistrement comptable de l’épargne – les fonds dépensés par l’État qui n’ont pas encore été utilisés pour payer les impôts.

Dans l’ensemble, il ne peut y avoir d’épargne nette d’actifs financiers du secteur non gouvernemental sans dépenses cumulatives au titre du déficit public.

Le gouvernement, en tant que monopoleur de la monnaie, est la seule entité qui peut fournir au secteur non gouvernemental des actifs financiers nets (épargne nette) et ainsi répondre simultanément à tout désir net d’épargne (actifs financiers) et éliminer le chômage de masse.

En termes comptables, le déficit (excédent) du gouvernement est exactement égal en tout temps à l’excédent (déficit) du secteur non gouvernemental.

Tout cela s’inscrit dans le droit fil de notre discussion précédente en nous permettant de voir les limites des dépenses gouvernementales.

Il est clair que les dépenses publiques doivent être suffisantes pour permettre le paiement des impôts.

De plus, les dépenses nettes du gouvernement sont nécessaires pour répondre au désir privé d’épargner (accumuler des actifs financiers nets).

Il est également clair que si le gouvernement ne dépense pas assez pour couvrir les impôts à payer et que le secteur non gouvernemental souhaite épargner globalement, alors la manifestation de cette insuffisance sera le chômage.

Dans la MMT, cette insuffisance est fondée en tout temps sur des dépenses publiques nettes défaillantes, compte tenu des décisions de dépense (d’épargne) privées en vigueur à un moment donné.

En outre, les déficits budgétaires se manifestent dans le secteur non gouvernemental sous la forme de soldes de trésorerie réels dans les banques et de soldes créditeurs dans les comptes de réserve et les comptes de titres (dette) qui sont tenus par la banque centrale dans le pays.

Toutes les banques commerciales détiennent des réserves auprès de la banque centrale dans le cadre du « système de compensation », de sorte que toutes les transactions effectuées quotidiennement puissent être validées et résolues.

Les comptes de la dette enregistrent sous diverses formes (à court et à long terme) l’encours de la dette publique qui a été émis pour faire face aux déficits budgétaires.

Si vous réfléchissez au processus par lequel les dépenses nettes du gouvernement créent initialement une augmentation des actifs financiers nets dans le secteur non gouvernemental, vous comprendrez que les dépenses impliquent effectivement que le gouvernement crédite des comptes bancaires dans le secteur non gouvernemental et que l’imposition implique que le gouvernement réduise les soldes des comptes bancaires.

Un déficit budgétaire signifie qu’il y a une accumulation nette dans ces comptes. Dans un premier temps, une fois que toutes les transactions ont été effectuées entre le secteur public et le secteur non gouvernemental et au sein du secteur non gouvernemental, cette accumulation nette se traduit par une augmentation des comptes de réserve des banques à la banque centrale.

Un intérêt peut être payé ou non sur ces soldes.

Si le déficit est mis en correspondance dollar pour dollar avec l’émission de titres de créance, le gouvernement débite (diminue) les soldes des comptes de réserve (des banques qui ont participé aux achats de titres de créance directement ou par l’entremise de leurs clients) et crédite (augmente) un autre  » compte  » que nous pouvons appeler  » dette publique impayée « .

En d’autres termes, l’émission de titres de créance n’a pour effet que de transférer les fonds des comptes de réserve vers les fonds du compte  » dette publique en cours « .

Lorsque certains éléments de la dette (obligations) arrivent à échéance (c’est-à-dire au moment où le gouvernement doit rembourser le principal), une opération de cession temporaire se produit.

Le compte « dette publique en cours » est débité (diminué) et les réserves bancaires sont créditées (augmentées).

Et si la banque centrale doit payer le taux d’intérêt du marché sur les soldes des réserves (comme beaucoup le font actuellement), il n’y aura pas de différence fonctionnelle entre, d’une part, l’impact du fait de laisser des fonds dans les comptes de réserve par opposition à l’émission de dette et, d’autre part, de transférer les fonds au  » compte de la dette en cours ».

Cela signifie également que les opérations traditionnelles d’open market, dans le cadre desquelles la banque centrale achète et vend de la dette publique au secteur non gouvernemental afin de drainer ou d’ajouter des réserves de sorte qu’il existe un équilibre approprié qui lui permet de maintenir son taux d’intérêt cible actuel, sont inutiles.

Quelques points supplémentaires.

Premièrement, l’émission de la dette ne finance pas les dépenses publiques nettes. Elle ne fait que donner au secteur non gouvernemental un actif financier alternatif dans lequel il peut stocker son épargne globale.

Les dépenses nettes se feraient sans l’émission de la dette.

Deuxièmement, les fonds utilisés par le secteur non gouvernemental pour acheter la dette provenaient de déficits budgétaires antérieurs qui n’avaient pas été imposés.

Troisièmement, si le gouvernement était préoccupé par le taux d’intérêt (rendement) qu’il payait sur la dette qu’il émet, la banque centrale peut toujours contrôler ce rendement par le biais d’achats appropriés de cette dette elle-même, qui influencent le prix des actifs sur le marché. et donc les rendements.

Le taux d’intérêt payé par le gouvernement passe ainsi, du taux du rendement du marché de la dette achetée, au taux payé par la banque centrale sur les soldes des réserves.

Quatrièmement, la banque centrale peut toujours acheter toute dette que le secteur privé choisit de ne pas acheter lors des adjudications primaires. Il y a peut-être des règles législatives ou réglementaires qui s’appliquent ici, mais ce sont de toute façon des créatures du gouvernement.

Les deux dernières observations signifient qu’il n’y a jamais de raison pour que les rendements des obligations d’État dépassent un niveau que le gouvernement juge acceptable.

Ce qui signifie qu’un gouvernement émetteur de monnaie (qui est la consolidation du Trésor et de la banque centrale) peut toujours assumer le rôle de son propre plus grand prêteur et emprunter autant qu’il le souhaite auprès de lui-même (sous réserve des lois qu’il fait lui-même, etc).

Cinquièmement, les gouvernements ont toujours la possibilité de n’émettre que des titres de créance à court terme.

Il y a une distinction entre l’intérêt que paie le gouvernement et le rendement des obligations d’État à long terme, car le gouvernement peut choisir de ne pas vendre des obligations à long terme s’il ne veut pas payer ces taux. Mais il pourrait vouloir que les rendements obligataires à long terme soient plus faibles pour d’autres raisons, comme le coût des prêts hypothécaires à l’habitation pour les emprunteurs privés.

Mais même dans ce cas, le gouvernement peut utiliser le système bancaire pour les financer au taux qu’il aura choisi.

 


Article original : http://bilbo.economicoutlook.net/blog/?p=41133

Illustration : seagnature.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s