MMT, Modèles, Multidisciplinarité

par

Pavlina R. Tcherneva

8 avril 2019


Traduction par

Robert Cauneau – MMT France

Les attaques contre la MMT prennent une tournure comique. Un article récent, amabilité de Noah Smith, s’inspire d’un article que j’ai écrit dans les années 90 intitulé « Monopoly Money : L’État en tant que fixateur de prix ».

Il était axé sur une idée clé de la MMT, à savoir que le monopoleur émetteur de devise nationale (tout comme n’importe quel autre monopoleur) est celui qui fixe les prix. L’économie qu’on m’a enseignée ne tenait même pas compte des implications. J’ai donc noté quelques équations pour examiner différents scénarios de prix payés et de ressources réelles achetées par un gouvernement émetteur de devise nationale, compte tenu du niveau global de l’impôt à payer et des désirs d’épargne privée.

Le document a été suivi d’autres travaux empiriques de la communauté MMT. Ainsi, bien que j’aie commencé à répondre au blog hystérique de Noah, j’ai décidé de dire quelques mots sur les implications du document et de fournir une courte liste de lecture d’autres travaux empiriques de MMTers sur divers sujets.

Pourtant, Noah n’aura pas de laissez-passer.

Maintenant, tous les modèles font des simplifications et tous les modèles sont défectueux. Mais ils peuvent être utilisés pour clarifier une idée. La question importante est de savoir s’ils ont tenté d’analyser des faits stylisés du monde réel, ou bien une histoire fictive. Un exemple de cette dernière serait le modèle classique d’un Robinson Crusoé naufragé, qui prend des décisions de production et de consommation sur une île déserte. Je suis resté personnellement dans le monde réel.

Le document commence par un exemple où le secteur public (le monopoleur de la devise nationale) achète un bien (plutôt, un service) de l’économie – celui des pompiers – et demande « combien d’heures de travail de lutte contre les incendies le secteur public peut-il acheter, compte tenu des prix, des taxes et des désirs d’épargne ». Pour cela, Noah m’accuse de modéliser une économie dans laquelle « tout le monde dans l’ensemble de  l’économie meurt » (c’est lui qui souligne).

Je ne peux pas trouver d’exemple plus approprié ! La planète brûle, n’est-ce pas ?

Noah a-t-il oublié son compromis  » guns and butter  » Econ 101 ? Une économie peut produire du beurre (p. ex. nourrir sa population) ou des armes (p. ex. faire des guerres sans fin), mais tant qu’une combinaison des deux biens se trouve à la frontière des possibilités de production (FPP), l’économie alloue ses ressources efficacement !

Des générations d’étudiants ont été initiées à l’économie avec ce modèle, ce qui a eu pour effet de leur apprendre à accepter sans examen les dépenses et les investissements moralement répréhensibles comme des résultats efficaces sur le marché (dans ce cas – sur la guerre, mais vous pouvez substituer la production de combustibles fossiles, l’emprisonnement, ou toute autre chose dans la FPP).

J’aurais peut-être dû m’en tenir à l’orthodoxie et utiliser des armes à feu, de sorte que la conclusion dramatique de Noah selon laquelle mon modèle est un « emploi de malheur » ait un peu plus de sens.

J’ai choisi les pompiers. Je pensais qu’ils étaient des sauveurs, pas des mercenaires.

Ensuite, Noah veut que vous croyiez que la base de mon modèle est « les gens[qui] font effectivement du travail d’esclave pour le gouvernement« , à cause de quelques citations dans le document sur la fiscalité en Afrique coloniale. (Cet argument est tellement absurde qu’il ne mérite pas une réponse, alors voici un peu de contexte pour les curieux de la MMT – avec des liens).

Mon article commence par des citations d’éminents spécialistes sur la façon dont les impôts ont été utilisés en Afrique coloniale pour créer une demande pour les devises des colonisateurs (ce qui a également donné lieu à des cultures de rente et au travail salarié). Il s’agissait de montrer un exemple de la nature coercitive de la fiscalité.

Y a-t-il une personne qui n’est pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle les impôts sont coercitifs ? Les impôts sont obligatoires.  Et ceci est vrai aussi bien pour les sociétés démocratiques qu’autoritaires.

Quand j’ai entendu pour la première fois Warren Mosler dire que les gens utilisaient une devise nationale donnée parce que leurs impôts étaient libellés dans cette devise, j’ai pensé que c’était l’idée la moins plausible. Mais j’ai commencé à creuser. Mon professeur de premier cycle, Mat Forstater, m’a envoyé des preuves historiques directes de la façon dont les impôts pouvaient et avaient été utilisés pour obliger les gens à utiliser une autre devise nationale, celle de l’Afrique coloniale, qui ne leur sert à rien. J’ai transmis ces exemples à Charles Goodhart, qui les a cités dans son document fondateur The Two Concepts of Money. Heureusement pour lui, Noah n’a pas encore découvert son journal.

C’est ainsi qu’a débuté le projet de recherche de la MMT sur l’histoire de la monnaie.

Il existe bien sûr de nombreux « exemples démocratiques » de la nature fiscale des devises nationales. Prenons l’exemple des provinces argentines qui, au plus fort de la crise de 2001, ont lancé leur propre devise nationale (par exemple, les patacones). Pour ce faire, ils ont exigé des citoyens qu’ils paient les taxes locales et les factures de services publics dans la nouvelle monnaie, puis qu’ils paient les employés de l’État et les entrepreneurs dans la nouvelle monnaie. J’étais en Argentine à l’époque et je peux attester que les gens n’aimaient pas ça, mais les vitrines des magasins étaient recouvertes de pancartes « We Accept Patacones ». Puis j’ai trouvé un argument avancé par Ben Franklin – un défenseur bien connu de la monnaie de papier – selon lequel c’est le remboursement futur des impôts qui lui a donné de la valeur. En d’autres termes, les impôts n’étaient pas utilisées pour  » financer  » les États (en fait, les colonies ne pouvaient pas percevoir les impôts avant d’avoir dépensé le papier-monnaie en premier), mais pour maintenir la valeur de la devise nationale en retirant une partie de celle-ci de la circulation.

Dans un article ultérieur sur la relation entre le pouvoir et la monnaie, je soutiens que la souveraineté politique n’est jamais totalement complète sans la souveraineté monétaire, et que le droit d’émettre et de contrôler la devise nationale d’une nation était une victoire critique pour les anciennes colonies dans leur lutte pour l’indépendance économique. Aux États-Unis, nous avons mené une guerre (en partie) pour acquérir le droit d’émettre de la devise nationale et en réponse aux Currency Acts de 1751 et 1764. Pas de taxation sans représentation.

Donc oui, les devises nationales sont  » acceptables  » en raison de l’exigence fiscale, peu importe que l’État soit démocratique ou non. Et si nous voulons sérieusement démocratiser la monnaie (étant donné qu’elle naît de cette relation fiscale), nous devons aussi veiller à ce qu’elle soit utilisée pour servir le bien public et éliminer le chômage même qu’elle crée. De plus,  » démocratiser la monnaie  » ne peut se faire sans  » démocratiser le travail « , comme je l’ai affirmé récemment lors de la conférence de Christine Desan à Harvard sur  » La monnaie comme média démocratique « .

Bien que l’Afrique coloniale ait été l’un des premiers exemples que nous ayons trouvés, les recherches sur l’origine de la monnaie ont confirmé et reconfirmé le mécanisme de la monnaie à vocation fiscale. Nous avons creusé et écrit des tonnes sur l’histoire de (et l’histoire de la pensée sur) la monnaie (ces papiers, livres, thèses de Charles Goodhart, Mat Forstater, Randy Wray, John Henry, Eric Tymoigne, Alla Semenova, moi-même sont une petite sélection).

Innes, Knapp et Keynes ont offert d’importantes perspectives, mais les économistes modernes n’étaient d’aucune utilité – après tout, ils se sont fiés à des modèles fictifs de troc et de monnaie neutre (Farley Grubb était une rare exception). Nous avons fait des recherches dans les autres disciplines et avons trouvé d’autres preuves que la monnaie ne provenait pas spontanément des marchés (ou du troc), mais des pouvoirs de l’État (très largement définis) d’imposer des obligations discrétionnaires à ses sujets.

Nous avons trouvé le travail d’historiens, d’anthropologues, de sociologues qui ont prouvé et corroboré certains de nos arguments (Philip Grierson, Viviana Zelizer, Michael Hudson, Christine Desan, David Graber, et d’autres). Nous avons appris de leur travail et de celui des autres, bien que je ne suggère certainement pas qu’ils approuvent ou soient d’accord avec (tout ce que contient) la MMT. Des collègues de droit, d’études politiques, de sciences humaines, de finances, etc. se sont joints à nous – et le projet MMT est devenu véritablement multidisciplinaire. Les autres voyageurs de la MMT – trop nombreux pour être énumérés ici – ont convergé lors des deux premières conférences de la MMT et de l’atelier de Chris Desan. D’autres ont fait appel à leurs propres disciplines pour reprendre possession de l’étude de la monnaie, par exemple, lire l’appel récent de Rebecca Spang aux historiens.

En résumé, les impôts sont le moteur de la monnaie, dans pratiquement tous les contextes économiques/historiques, que Noah l’accepte ou non. Et même un lycéen comprendrait que modéliser ce fait stylisé n’est pas approuver un régime génocidaire.

Voici donc un très bref résumé de certaines des implications du document qu’il critique, suivi d’une courte liste d’autres travaux empiriques de la MMT sur une variété de sujets.

Monopole monétaire : l’État en tant que fixateur de prix

(Pas un seul pompier n’a été blessé au cours de cet exercice ou réduit en esclavage pour travailler pour l’État.)

Quelles sont les questions ?

  1. L’économie classique parle de monopole, mais ignore le seul cas de monopole pur : celui de la devise nationale.
  2. On ne reconnaît toujours pas que l’impôt crée une sorte de  » chômage monétaire  » (distinct, bien qu’à mon avis, non incompatible avec celui de Keynes). L’obligation de payer l’impôt dans une devise nationale donnée crée des offres de vente de biens et de services dans cette devise.
  3. Le gouvernement peut choisir la façon d’acheter ces biens et services et, par conséquent, fournir à la population un montant suffisant de devise nationale pour payer l’impôt. Si ce n’est pas le cas, il en résulte un chômage involontaire.
  4. Le gouvernement a la responsabilité de régler le problème du chômage qu’il a créé.
  5. Si ce n’est pas le cas, le niveau d’emploi ou de chômage dans l’économie sera indéterminé (surtout si les désirs d’épargne sont incertains).
  6. Le gouvernement a la possibilité et la capacité d’employer directement les chômeurs.
  7. En tant que monopoleur de la devise nationale, il pourrait déterminer le prix de cette main-d’œuvre et laisser flotter le budget (pour tenir compte de la facture fiscale ou des désirs d’épargne). C’est ce que nous appelons la règle de « quantité fixe à prix flottant ».
  8. Aujourd’hui, le gouvernement choisit de ne pas le faire. Au lieu de cela, il applique une règle de « quantité flottante à prix fixe ». Cela contraint le budget, utilise les prix du marché pour les biens et services, et ne parvient pas à résoudre le problème du chômage (comme ci-dessus).
  9. Dans mon article, j’examine différents scénarios qui ont des répercussions sur les options de budget fixe et de budget flottant, et j’examine des questions comme  » combien de ressources pourraient être transférées au secteur public, compte tenu d’une certaine obligation fiscale globale, et dans quels cas ce montant est-il indéterminé « .
  10. Enfin, il soulève des questions telles que « Si l’État peut fixer les prix, doit-il le faire ? Et si oui, lesquels ? »

Il en résulte une relation inverse entre le prix que le gouvernement paie pour les biens et services et la quantité de biens et services réels qu’il reçoit, pour un niveau donné d’imposition et les désirs d’épargne nette. Le fait de limiter le budget crée du chômage et sous-évalue les dépenses du gouvernement. Si, au contraire, le gouvernement laissait flotter son budget, il pourrait concevoir une politique anticyclique (comme la garantie d’emploi) qui serait un meilleur point d’ancrage des prix et un stabilisateur automatique, que j’ai modélisé dans un document ultérieur. Ainsi, contrairement aux modèles néoclassiques de base de la FPP qui font passer pour efficaces des compromis répréhensibles, la garantie d’emploi rejette explicitement l’utilisation du chômage à des fins de stabilisation économique.

Par la suite, Warren Mosler et Damiano Silipo ont publié une autre analyse empirique sur cette question précise (le pouvoir de fixation des prix du gouvernement et sa prérogative politique d’adopter une règle prix fixe / quantité variable) dans le Journal of Policy Modeling. Ils ont montré comment la garantie d’emploi (qu’ils appellent une offre d’emploi transitoire) peut être utilisée pour renforcer le mandat unique de la BCE en matière de stabilité des prix et pourquoi elle serait supérieure aux autres alternatives. Ces deux modèles impliquent que la politique gouvernementale et les prix payés par le gouvernement sont la source ultime du niveau des prix.

Loin de l’économie de malheur, la MMT met en avant des politiques qui sont meilleures pour le plein emploi et la stabilité des prix.

ADDENDUM

Voici une très brève liste de lecture d’autres travaux empiriques sur la MMT – un échantillon de la grande variété de méthodes et de sujets auxquels il a été appliqué. Cela donne une idée du travail empirique et analytique de la MMT. De plus, la liste se limite à au public des MMT de l’UMKC. Vous devriez consulter le volumineux travail de Bill Mitchell (son blog, son centre de recherche et ses publications) et celui de ses compagnons de voyage, qui ont leurs propres programmes de recherche (p. ex., Bond Economics).

LIVRES

  1. Macroeconomics, Mitchell, Wray and Watts
  2. Money and Banking, Tymoigne

ARTICLES DE RECHERCHES

Opérations de la Fed/Trésorerie, Politiques budgétaires et monétaires

  1. Do Taxes and Bonds Finance Government Spending, Bell/Kelton
  2. Fiscal Effects on Reserves and Fed Independence, Wray and Bell/Kelton
  3. MMT and Fed/Treasury operations, Tymoigne
  4. Helicopter Drops are Fiscal Operations, Fullwiler
  5. Time to Reign in the Fed, Fullwiler and Wray
  6. Quantitative Easing and Proposals for Reform of Monetary Policy Operations Fullwiler and Wray
  7. Treasury Debt Operations—An Analysis Integrating Social Fabric Matrix and Social Accounting Matrix Methodologies, Fullwiler
  8. Functional Finance and the Debt Ratio, Fullwiler
  9. Sector Financial Balances Model of Aggregate Demand and Austerity, Fulwiler
  10. Sustainable Fiscal Policy and Interest Rates under Flexible Exchange Rates, Fullwiler
  11. Monetary Mechanics: a Financial View, Tymoigne
  12. Interest rates and fiscal sustainability, Fullwiler
  13. Yes Deficit Spending adds to Private Financial Assets Even with Bond Sales, Kelton
  14. Debunking the Public Debt and Deficit Rhetoric, Tymoigne

Prix exogènes

  1. Monopoly Money the State as a Price Setter, Tcherneva
  2. Maximizing price stability in a monetary economy, Mosler and Silipo

Employeur en Dernier Ressort, Garantie d’Emploi

  1. Job Guarantee: Public Service Employment, Wray, Dantas, Fullwiler, Tcherneva, Kelton
  2. Macroeconomic Stabilization Through an Employer of Last Resort, Fullwiler
  3. The Costs and Benefits of a Job Guarantee: Estimates from a Multi-Country Econometric Model, Fullwiler
  4. Employer of Last Resort: A Case Study of Argentina’s Jefes Program, Tcherneva and Wray
  5. ELR-led Economic Development: A Plan for Tunisia, Kaboub

Chômage, Inégalité, Sécurité sociale, Pauvreté, Logement, Instabilité financière

  1. Full Employment, Inflation and Income Distribution, Tcherneva
  2. A Hard Nosed Look at Worsening US household Finance, Tymoigne
  3. $29,000,000,000,000: A Detailed Look at the Fed’s Bailout, Felkerson
  4. Who Gains When Income Grows, Tcherneva
  5. Does Social Security Need Saving, Wray
  6. Central Banking Asset Prices and Financial Fragility, Tymoigne
  7. Measuring Macroprudential Risk through Financial Fragility: A Minskian Approach, Tymoigne

Texte original : neweconomicperspectives.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s