La MMT continue de gagner du terrain aux États-Unis

par

Barclay Ballard

24 avril 2019


Traduction par

Robert Cauneau – MMT France

 

En tant que première superpuissance économique mondiale, l’idée que les États-Unis pourraient souffrir d’hyperinflation semble absurde. L’hyperinflation est associée à des États défaillants comme l’Allemagne de Weimar, le Zimbabwe et la Yougoslavie. Il serait très peu probable qu’une économie développée, et encore moins les États-Unis, connaisse un sort similaire – mais en fait, les États-Unis ont déjà souffert de l’inflation galopante.

Au cours de la guerre d’Indépendance américaine, le gouvernement américain émit pour près de 250 millions de dollars d’un nouvel appel d’offres connu sous le nom de « monnaie continentale ». Comme le nombre de billets de banque émis était peu contrôlé et qu’il n’y avait pas l’imposition nécessaire pour retirer les billets de la circulation, la valeur de cette monnaie s’est rapidement effondrée. En 1780, cinq ans seulement après le début de la guerre, ils valaient environ un quarantième de leur valeur nominale.

Bien entendu, l’économie américaine s’est considérablement développée depuis lors, et il est beaucoup moins probable qu’elle soit prise aujourd’hui dans un piège inflationniste.

Néanmoins, certains analystes s’inquiètent, prédisant que nous pourrions assister à un effondrement de la devise américaine au cours de la prochaine décennie.

Ces craintes proviennent en partie de facteurs géopolitiques, bien que la politique économique américaine joue également un rôle.

La montée en puissance de la Théorie Monétaire Moderne (MMT) a effrayé les économistes orthodoxes en particulier, parce qu’elle suggère que les États-Unis peuvent augmenter considérablement leurs dépenses de déficit sans avoir à équilibrer leurs comptes.

Dans le passé, la MMT est demeurée marginale. Les économistes mainstream n’ont donc pas eu à s’intéresser de très près à ses idées. Cependant, la théorie a gagné en popularité ces derniers temps, en particulier parmi les personnalités politiques de gauche. L’adoption d’une Garantie d’Emploi fédérale et l’augmentation des ressources allouées aux services publics pourraient certainement s’avérer des politiques populaires, mais

il faudrait un homme politique courageux pour affirmer que les États-Unis pourraient simplement émettre plus de devise nationale pour les payer.

Au cours des dernières décennies, les gouvernements du monde entier ont rarement enregistré des excédents budgétaires, augmentant fréquemment leurs dépenses pour payer des choses jugées essentielles. Cependant, ils ont toujours prétendu qu’ils avaient l’intention de réduire le déficit à terme. Dans le cadre de la MMT, cela pourrait changer – et si c’est le cas, l’économie américaine entrerait dans des territoires inexplorés.

 

Pas si moderne

Malgré son nom, la MMT n’est pas si nouvelle. Ses origines remontent aux travaux de Georg Friedrich Knapp au début du XXe siècle, qui affirmait que les billets de banque n’avaient pas besoin d’être liés à une marchandise tangible – l’or, par exemple – pour avoir de la valeur. Leur valeur vient du fait qu’ils sont acceptés dans les  » bureaux de paye publics  » – essentiellement par l’État. Une fois ce fait reconnu, il n’y a théoriquement pas de contraintes de dépenses pour un État souverain capable d’émettre sa propre devise nationale.

L’économiste russe Abba Lerner a mené le travail de Knapp à sa conclusion logique avec ses théories sur la finance fonctionnelle, qui plaidaient en faveur d’un gouvernement interventionniste et se concentraient sur des politiques visant à réduire le chômage, à contenir l’inflation et à encourager des niveaux appropriés d’investissement. Elle rejette « complètement les doctrines traditionnelles de la « saine finance » », affirmant qu’il n’y a pas lieu d’équilibrer le budget. La MMT, un terme inventé par l’économiste australien Bill Mitchell dans les années 1990, fait des affirmations tout aussi audacieuses.

La théorie repose sur trois principes économiques qui semblent assez simples. Premièrement, les monnaies fiduciaire sont des monopoles publics, c’est-à-dire que les banques centrales sont les seules institutions autorisées à les émettre. Ces devises sont également les seules acceptées pour le paiement des impôts. Les pays qui contrôlent leurs propres devises flottantes ne sont pas soumis à des contraintes financières parce qu’ils s’acquittent de leurs obligations avec la devise nationale même qu’ils émettent et contrôlent. Deuxièmement, les gouvernements qui vendent des obligations dans la devise d’un pays ne peuvent techniquement pas faire défaut sur leur dette, même s’ils choisissent de le faire. Troisièmement, la MMT soutient qu’il est normal que les gouvernements aient des déficits. En fait, chaque dollar dépensé par le gouvernement qui dépasse la monnaie provenant des impôts représente un dollar de plus pour le secteur privé. Essentiellement, un déficit public est un excédent privé.

« Aucun de ces faits stylisés assez évidents ne fait partie de la théorie économique orthodoxe « ,

a déclaré Pavlina R. Tcherneva, associée de recherche au Levy Economics Institute. « Sous la pression, l’économie dominante pourrait admettre que la monnaie est un monopole public, mais ce fait est pratiquement ignoré et la théorie dominante parle toujours comme si le gouvernement devait emprunter sa propre monnaie du secteur privé pour pouvoir dépenser. Et à part la MMT, je ne vois pratiquement aucun économiste qui dit que l’élimination du déficit signifie que nous éliminons l’excédent du secteur privé.

« Il s’agit là d’une revendication comptable de base, et pourtant, la théorie dominante continue d’affirmer que les déficits évincent les dépenses et les investissements privés. En fait, c’est exactement le contraire : les déficits fournissent des actifs financiers nets (les excédents) au secteur privé qui peuvent être utilisés pour financer les investissements et les dépenses« .

Selon la MMT, depuis que les gouvernements ont abandonné l’étalon-or en 1971 et sont passés à des devises nationales fiat, ils n’ont plus besoin de financer leurs dépenses par des impôts ou des emprunts. Au lieu de cela, en tant qu’unique émetteur de devise nationale, ils peuvent simplement créer plus de monnaie. Bien que cela puisse entraîner une augmentation des coûts du service de la dette, les gouvernements pourraient, dans cette situation, abaisser les taux d’intérêt pour faciliter les remboursements. Cela permettrait également de s’assurer que les coûts d’investissement restent faibles dans le cas où les investisseurs auraient peur.

Dans sa situation actuelle, l’économie américaine est gravement sous-utilisée.

Les projets d’infrastructure restent uniquement sous forme de plans directeurs, les minéraux sont laissés dans le sol et le taux d’emploi du pays a oscillé juste en dessous de 60 pour cent au cours de la dernière décennie (voir figure 1). Il s’agit là d’un gaspillage de ressources extrêmement inefficace. Les gouvernements ne devraient pas tenter d’équilibrer le budget, mais plutôt l’économie. C’est une distinction qui semble mineure sur le papier, mais qui, si elle est acceptée, pourrait amener les politiciens à adopter des politiques économiques radicalement différentes.

Fraphe 1

 

Le prix de la politique

John Maynard Keynes, parlant des idées économiques de Lerner en 1943, dit : « Son argument est impeccable. Mais que le ciel vienne en aide à ceux qui essaient de le faire passer. » Il est certain que le fait de suggérer que le gouvernement américain – ou tout autre gouvernement, d’ailleurs – devrait augmenter ses dépenses de déficit n’est pas de nature à l’emporter par le vote. Ou du moins, cela n’est le cas que récemment, peut-être avec les cicatrices de la crise financière un peu trop fraîches dans l’esprit de tous.

Aujourd’hui, cependant, la MMT gagne du terrain sur le plan politique. Des politiciens progressistes de la gauche du Parti démocrate, comme Alexandria Ocasio-Cortez, ont parlé d’augmenter les dépenses gouvernementales pour payer des choses comme un New Deal Vert. On trouve d’autres partisans de la MMT partout dans le monde : la première conférence sur la MMT a eu lieu en 2017, où l’on a discuté d’une politique qui prévoyait un emploi rémunéré à 15 $ l’heure pour quiconque voulait travailler. Lors de la conférence, l’économiste Larry Randall Wray a affirmé qu’une telle politique permettrait de créer 14 à 19 millions d’emplois supplémentaires, d’ajouter entre 500 et 600 milliards de dollars au PIB et d’ajouter moins de 1 % à l’inflation.

« La MMT a gagné en popularité ces dernières années parce qu’elle a mis au clair certains aspects très évidents des finances publiques et qu’elle a ouvert un éventail de possibilités économiques », a déclaré Tcherneva à World Finance. « Depuis très longtemps, on nous dit que le gouvernement doit équilibrer ses comptes comme un ménage, sinon il peut faire faillite. Par conséquent, au nom de la discipline financière, nous avons dû sacrifier certaines priorités stratégiques. Des problèmes économiques pressants, comme la faim, le chômage, la dégradation des infrastructures, nous a-t-on dit, ne pouvaient pas tous être financés.

Aucune de ces affirmations n’est vraie.« 

Les gouvernements parlent souvent de leurs efforts pour équilibrer les comptes, mais dans la pratique, ils n’y parviennent presque jamais : au cours des 40 dernières années, les États-Unis n’ont réussi qu’une seule fois à faire correspondre leurs dépenses aux recettes fiscales. En réalité, les gouvernements trouvent un moyen de payer les choses qu’ils jugent importantes, peu importe l’ampleur de leur déficit. Il pourrait s’agir d’une réduction d’impôt pour les riches ou d’une garantie d’emploi fédérale – il n’y a rien d’intrinsèquement politique, socialiste ou autre, dans la MMT.

« Le gouvernement américain adopte déjà la MMT, a dit M. Tcherneva. « La MMT n’est pas une proposition. La récente réduction d’impôt[des entreprises] n’est que la dernière démonstration que le gouvernement finance des programmes  » à grande échelle  » sans  » manquer  » de ressources financières. La partie prescriptive de la MMT dit simplement que, puisque nous pouvons déjà voir qu’il n’y a pas de limites aux dépenses gouvernementales, y a-t-il une meilleure façon de dépenser ? Pouvons-nous en avoir plus pour notre argent, pour ainsi dire ? Qu’avons-nous obtenu en échange de la récente réduction d’impôts – plus d’inégalité, un rachat d’actions ? »

L’une des propositions de politique les plus souvent citées par les promoteurs de la MMT est la mise en œuvre d’une Garantie d’Emploi fédérale. Le principal problème de l’économie américaine aujourd’hui est le manque de demande, en partie dû au sous-emploi. Une garantie d’emploi serait, bien sûr, extrêmement coûteuse, mais elle donnerait aussi aux citoyens la sécurité et le pouvoir de dépenser nécessaires pour augmenter la consommation, ce qui aurait des répercussions sur l’économie en général. La garantie pourrait même s’avérer temporaire si l’augmentation des dépenses fédérales stimulait l’embauche dans le secteur privé.

Les partisans de la MMT soulignent également à juste titre que le gouvernement américain dépense déjà beaucoup de monnaie pour les chômeurs en termes de programmes de soutien social et de coûts indirects liés à la criminalité et à la santé mentale. Les ressources ne suffisent pas à subvenir aux besoins des personnes qui préfèrent faire un travail productif. En ce sens, une garantie d’emploi est simplement une autre forme de dépense – une forme qui, selon Tcherneva, permet d’en avoir pour son argent.

La vraie richesse d’une nation est la somme des biens et services réels qu’elle peut créer.

Pour autant que ces ressources soient exploitées d’une manière écologiquement durable, l’utilisation la plus efficace de ces ressources provient du plein emploi. Si la MMT peut y arriver, c’est certainement mieux que de payer pour que les gens fassent la queue pour obtenir leur chèque de sécurité sociale.

 

Une activité risquée

La MMT peut être difficile à traiter au départ – après tout, l’économie orthodoxe a souligné que si un pays augmente trop la masse monétaire, il y aura inflation, ce qui rendra plus difficile pour les gens ordinaires d’acheter les biens et services dont ils ont besoin. Pire encore, l’hyperinflation pourrait mettre toute une économie à genoux.

Il convient toutefois de se rappeler que l’impression de la monnaie n’a pas nécessairement d’incidence sur le montant des dépenses. Et même si c’est le cas, la MMT propose également que les fonds publics soient alloués à la création d’un plus grand nombre de biens et services. Tant que la demande globale et l’offre monétaire demeurent à peu près au même niveau, il ne s’ensuit pas nécessairement que l’augmentation des dépenses de déficit entraînera une dévaluation du dollar américain. Plus important encore, la MMT n’a jamais prétendu que les déficits ne sont pas importants ou que le gouvernement peut dépenser de façon frivole.

« Il y a une idée fausse répandue selon laquelle MMT propose d’exploiter les presses à imprimer », a dit M. Tcherneva. « Emphatiquement, non. La MMT explique comment les gouvernements jouissant d’une souveraineté monétaire dépensent actuellement. La MMT explique les limites financières auxquelles fait face le gouvernement qui n’ont pas leur propre monnaie flottante. La MMT suggère que nous pouvons augmenter ou réorienter les dépenses de manière à servir l’intérêt public. Les critiques crient :  L’inflation ! Hyperinflation ! mais ignorent le principe de base du MMT. Les limites des dépenses du gouvernement sont les ressources réelles, pas les finances. »

En fait, les critiques de la MMT se sont concentrés sur la quantité limitée de ressources réelles à la disposition d’un gouvernement. Personne ne sait vraiment ce qui se passerait si le gouvernement américain continuait d’augmenter le déficit pour payer les choses après avoir employé tous les travailleurs et que l’économie tournait à pleine capacité, ou presque. Il a été suggéré que l’hyperinflation s’installerait.

Bien entendu, les partisans de la MMT soutiennent qu’une telle préoccupation n’est rien de plus qu’une hypothèse. Les États-Unis sont loin d’utiliser la totalité de leurs ressources réelles et peuvent toujours recourir à la fiscalité pour freiner l’inflation si elle se produit. Qui plus est, une grande partie du monde développé fonctionne dans un contexte de faible inflation depuis un certain nombre d’années déjà. Malgré la spirale des déficits et des années d’assouplissement quantitatif, l’inflation est restée obstinément basse (cf. graphique 2). La menace qu’elle représente semble exagérée, du moins pour l’instant.

Graphe 2.png

 

Les temps changent

Selon les partisans de l’économie orthodoxe, la MMT pourrait mettre à genoux une superpuissance économique. Cela semble peu probable pour l’instant, mais des changements géopolitiques importants pourraient rapprocher de la réalité un tel catastrophisme. Premièrement, les gouvernements étrangers qui détiennent des titres d’emprunt libellés en dollars devraient commencer à vendre. Le Japon, la Chine et un certain nombre d’autres pays conservent pour des milliards de dollars de titres du Trésor américain, ce qui maintient la vigueur du dollar. Si la confiance économique dans le dollar diminue, ces gouvernements étrangers pourraient décider de vendre, ce qui ferait baisser davantage la valeur du dollar. Il est peu probable que cela se produise à l’heure actuelle, car ces pays comptent sur les consommateurs américains pour acheter leurs exportations. Cependant, une crise économique imprévue pourrait changer la donne – un éloignement du pétrodollar, par exemple, pourrait s’avérer désastreux.

« Je pense qu’un effondrement de la monnaie aux États-Unis est peu probable « , a déclaré M. Tcherneva à World Finance. « Je pense que nous avons besoin d’un État en faillite pour voir un effondrement du dollar. Je ne peux imaginer une politique macroéconomique que nous pourrions mener dans les conditions actuelles et qui provoquerait un effondrement de la monnaie. Regardez les billions de dollars que nous avons dépensés pour des  » utilisations improductives  » – comme le financement de guerres sans fin.

Et pourtant, cela n’a pas causé d’augmentation drastique de la monnaie de dépréciation ou d’effondrement.« 

Toutefois, l’adoption inconditionnelle de la MMT aurait sans aucun doute une incidence sur la façon dont les investisseurs perçoivent les États-Unis. Bien que l’inflation soit restée obstinément faible face à d’énormes dépenses publiques, il est possible que ce soit parce qu’on s’attend à ce que l’accumulation de déficits importants soit une réponse temporaire à la crise financière de 2008. En effet, bien que l’assouplissement quantitatif soit en place depuis des années, on croit qu’il prendra fin.

Si le gouvernement américain décide au contraire d’augmenter les déficits dans le cadre d’une politique économique à long terme, les entreprises pourraient soudainement s’inquiéter. Elles pourraient commencer à augmenter les prix, puis l’inflation pourrait s’installer. Bien que cela ne semble pas être un gros problème pour l’instant, il pourrait très bien le devenir plus tard.

Il n’en demeure pas moins que, même si les gouvernements du monde entier font preuve de peu d’engagement à réduire leurs déficits, ils prétendent au moins le faire. La MMT marquerait un changement à cet égard et entraînerait probablement une augmentation substantielle des dépenses liées au déficit, du moins à court terme. Il est difficile de prévoir comment les entreprises et les investisseurs étrangers réagiraient à un tel changement de politique économique. Cependant, les convaincre qu’un gouvernement n’est pas limité financièrement par son budget, mais par son accès à des ressources réelles – main-d’œuvre, terres et autres actifs – est peut-être trop demander.

Il est possible que nous le découvrions assez tôt. Pendant trop longtemps, on a dit aux citoyens que le gouvernement ne pouvait se permettre d’investir davantage dans l’éducation, les soins de santé, l’infrastructure et les autres services publics. Dans le même temps, ils ont vu des gouvernements trouver de la monnaie pour financer des réductions d’impôts, des renflouements bancaires, des activités militaires et d’autres programmes qu’ils jugent probablement moins essentiels.

La MMT demande qu’au lieu de s’inquiéter de leurs bilans, les gouvernements commencent à chercher des moyens d’utiliser les ressources à leur disposition de la manière la plus efficace possible. Selon la théorie, générer le plein emploi, créer une société plus égalitaire et renforcer nos systèmes éducatifs sont tous possibles sans provoquer une inflation galopante. Il ne s’agit pas de pouvoir se le permettre – c’est une question de volonté politique.

 


Texte original : www.worldfinance.com

Illustration : www.wallfizz.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s