Congrès : Vous êtes le Marqueur du Score pour le Dollar U.S., Pas un Joueur

par

Warren Mosler


Traduit par

ROBERT CAUNEAU – MMT FRANCE

 

Ce texte est la traduction d’un article paru le 8 janvier 2011 dans le HuffPost


 

Imaginez un jeu de cartes, où chaque entité de l’économie est l’un des joueurs, et vous, le Congrès, vous êtes le marqueur su score.

Le message que je souhaite faire passer ici est la différence entre être le marqueur et être un joueur. Le problème, c’est que vous agissez comme l’un des joueurs alors qu’en fait, vous êtes le marqueur. De plus, vous aggravez votre erreur par de fausses analogies qui supposent que vous êtes l’un des joueurs, alors qu’en fait, vous êtes le marqueur pour le dollar.

Cette pertinente analogie s’applique aux marqueurs dans les jeux de cartes et à votre rôle en tant que marqueur pour le dollar américain. En tant que marqueur dans un jeu de cartes, vous gardez la trace du nombre de points que chacun possède. Vous attribuez des points aux joueurs ayant des mains gagnantes. Vous soustrayez des points aux joueurs ayant des mains perdantes.

En tant que marqueur, laissez-moi vous demander :

Combien de points avez-vous ?

Le marqueur peut-il manquer de points ?

  • Lorsque vous attribuez des points aux joueurs ayant des mains gagnantes, d’où proviennent ces points ?
  • Lorsque le marqueur soustrait des points aux joueurs ayant des mains perdantes, a-t-il plus de points ?
  • Comprenez-vous la différence entre être le marqueur et les joueurs ?

Congrès, vous êtes le marqueur du dollar américain.

Vous dépensez en inscrivant des chiffres dans les comptes bancaires de votre Fed, tout comme votre président de la Fed Bernanke l’a témoigné devant vous.

Lorsque vous taxez, la Fed note les chiffres dans les comptes bancaires. Oui, la Fed comptabilise ce qu’elle fait, mais en réalité n’obtient rien, tout comme le marqueur d’une partie de cartes n’obtient pas de points lorsqu’il soustrait des points aux joueurs.

Quand le Congrès dépense plus qu’il n’impose, c’est comme si le marqueur du jeu de cartes attribuait plus de points aux scores des joueurs qu’il n’en soustrait de leurs scores.

Qu’arrive-t-il au score total des joueurs lorsque cela se produit ? C’est exactement ce montant qui augmente.

Qu’arrive-t-il aux montants épargnés de dollars dans l’économie lorsque le Congrès dépense plus qu’il n’impose ?

C’est exactement ce montant qui augmente. Jusqu’au dernier centime.

Le marqueur dans un jeu de cartes garde la trace du score de chacun. Les scores des joueurs sont comptabilisés par le marqueur. Le marqueur tient les comptes.

De même, la Fed comptabilise ce qu’elle fait. La Fed tient des comptes pour tous les dollars que toutes ses banques membres et les gouvernements participants détiennent dans leurs comptes à la Fed.

Voilà ce que sont les comptes – l’enregistrement des écritures.

Ainsi, lorsque la Chine nous vend des biens et des services et qu’elle est payée en dollars, votre Fed – la gardienne du score pour le dollar – augmente (crédite) le chiffre de son compte de réserve à la Fed.

Lorsque la Chine achète des titres du Trésor américain, votre Fed annote (débite) le nombre dans son compte de réserve et annote (crédite) le nombre dans le compte de titres de la Chine auprès de votre Fed.

C’est ce qu’on appelle les  » emprunts du gouvernement  » et la  » dette du gouvernement  » – le transfert de dollars des comptes de réserve aux comptes de titres de votre Fed.

Oui, il y a environ 14 billions de dollars dans les comptes de titres de votre Fed. Cela représente les dollars que l’économie a laissés après que votre Fed a ajouté à nos comptes quand votre Trésor a dépensé, et soustrait de nos comptes quand votre Trésor (IRS) a imposé.

Il s’agit aussi de l’épargne nette de l’économie.

Rembourser la dette, c’est l’inverse. Cela se passe de cette façon : votre Fed, le marqueur, transfère les dollars des comptes de titres vers les comptes de réserve. Encore une fois, tout est dans ses propres livres.

Cela se fait pour des milliards de dollars chaque mois. Il n’y a pas de petits-enfants impliqués.

La Fed, le marqueur de points, ne peut pas  » manquer de monnaie  » comme vous l’avez tous supposé. La Fed, le marqueur de points, dépense en inscrivant des chiffres dans les comptes avec son ordinateur. Cette opération n’a rien à voir non plus :

  • la  » gestion de la dette « , qui surveille les transferts de dollars entre les comptes de réserve et les comptes de valeurs mobilières, ou
  • le service interne des recettes qui surveille la soustraction des soldes des comptes de réserve bancaire.

Donc, oui, vos déficits des dernières années ont ajouté autant de dollars au revenu et à l’épargne en dollars mondiaux, au centime près. Demandez à n’importe qui au Congressional Budget Office.

Ce n’est pas un hasard si l’épargne augmente chaque fois que le déficit augmente. Ce sont les mêmes dollars que vous dépensez en déficit qui deviennent nécessairement notre épargne. Jusqu’au dernier centime.

Un mot sur la Grèce. La Grèce n’est pas le marqueur pour l’euro, pas plus que les États américains ne le sont pour le dollar. C’est la Banque centrale européenne qui tient le compte de l’euro, et non la Grèce.

La Grèce et les autres pays membres de l’euro, comme les États américains (fédérés), sont des joueurs, et les joueurs peuvent manquer de points et faire défaut, et se tourner vers le marqueur pour un sauvetage.

Qu’est-ce que cela signifie ?

Il n’y a aucune crise financière imminente pour le gouvernement des États-Unis, qui est le marqueur des résultats pour le dollar américain.

Le gouvernement des États-Unis ne peut pas être à court de dollars, et il ne dépend pas des impôts ou des emprunts pour pouvoir dépenser. Ce risque ne se produit pas. Jamais.

Permettez-moi de conclure en disant que le risque de la sous-taxation et/ou de dépenses excessives est l’inflation, mais JAMAIS l’insolvabilité. L’inflation monétaire provient d’essayer d’acheter plus qu’il n’y a à vendre, ce qui fait monter les prix.

Mais, comme on dit, pour sortir d’un trou, il faut d’abord arrêter de creuser. Je ne pense pas que vous, ou qui que ce soit d’autre, croyiez qu’une stabilité des prix acceptable exige un taux de chômage de 16 % ?

Un jour, il pourrait y avoir une demande excédentaire de la part de personnes qui ont des dollars à dépenser pour la main-d’œuvre, le logement et tous les autres biens et services qui sont actuellement et désespérément à la recherche d’acheteurs ayant des dollars à dépenser. Toutefois, aujourd’hui, la surcapacité est la règle.

Un Congrès bien informé qui reconnaît son rôle de marqueur de points et le manque désespéré de dollars des consommateurs pour que les entreprises puissent rivaliser, débattrait d’une combinaison de compromis entre les réductions d’impôt et les augmentations de dépenses.

Au lieu de cela, se prétendant un joueur plutôt qu’un marqueur, le Congrès continue d’agir comme si nous pouvions devenir la prochaine Grèce, car il continue à comprimer l’économie et à faire de nous le prochain Japon.


Illustration : montceau-sport.com

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s