Il doit être impossible pour la Fed de créer de l’inflation

Par

WARREN MOSLER

14 novembre 2011


Traduction par Robert Cauneau – MMT-France




Il ne se passe pas une heure sans qu’un expert ne mette en avant la possibilité d’une sorte d’inflation galopante, avec le Zimbabwe et Weimar sur toutes les lèvres des Américains ordinaires. Et les membres du Congrès et les candidats de tous bords ne cessent de reprocher à la Fed de dévaloriser la monnaie.

Il ne fait aucun doute que la Fed a essayé de relancer l’économie, notamment en ce qui concerne le logement. Elle ne voulait pas commettre l’erreur du Japon, elle a donc rapidement abaissé le taux des fonds fédéraux à près de 0 %, a fourni des liquidités bancaires illimitées et a ensuite acheté des milliers de milliards de dollars de titres du gouvernement américain pour tenter de soutenir la demande et les prix en ajoutant davantage de liquidités et en réduisant davantage les taux d’intérêt à long terme et les prêts hypothécaires. L’intention déclarée et évidente était de faire tout ce qui était possible pour soutenir une expansion du crédit dans le secteur privé qui soutiendrait les prix et la demande globale nécessaire pour réduire le chômage.

En pratique, la Fed a tout fait. Et pourtant, le chômage reste à des niveaux dépressifs de plus de 9 % (et de plus de 16 % selon la méthode de calcul utilisée il n’y a pas si longtemps) et la seule chose qui maintient ce qu’on appelle « l’inflation » au-dessus de 1 % est un monopole étranger qui soutient le prix du pétrole brut.

Alors, si l’inflation est si menaçante et nécessite une vigilance éternelle pour éviter qu’elle ne se manifeste soudainement, pourquoi tous les hommes de la Fed n’ont-ils pas été capables de faire à nouveau de l’inflation ? Et pourquoi pense-t-on encore qu’ils en sont capables ? Je veux dire, nous parlons de diplômés d’université avec des diplômes avancés, des ressources et du pouvoir à revendre, qui font tout ce qu’ils peuvent pour relancer l’économie, et qui échouent toujours après 3 longues années ? Sans parler de ce qui se passe au Japon depuis 20 ans, où l’on trouve également des diplômés d’université avec des diplômes supérieurs (bien qu’ils soient issus des mêmes écoles).

Peut-être que cette inflation est plus difficile à mettre en place qu’il n’y paraît ? Et que s’est-il passé dans la république allemande de Weimar, où si vous gariez une brouette pleine d’argent, les voleurs prenaient la brouette et laissaient l’argent ? Il s’avère que ce sont ces fichues réparations de guerre qui ont fait grimper en flèche les dépenses publiques déficitaires jusqu’à environ 50 % du PIB par an, la majeure partie de ces énormes dépenses déficitaires étant utilisée pour vendre la monnaie allemande et acheter des devises étrangères dans le but de payer les réparations de guerre. Comme on pouvait s’y attendre, la monnaie allemande a rapidement sombré dans le trou à rat et a continué à baisser, provoquant cette fameuse poussée d’hyperinflation qui n’a cessé jusqu’à la fin de cette politique. Et quand tout cela a pris fin et que la politique a changé, l’inflation s’est arrêtée net. En un jour. Et le Zimbabwe ? Il s’avère qu’ils ont eu un peu de troubles civils qui ont réduit leur capacité de production d’environ 80 %, mais les dépenses publiques sont restées élevées et un pouvoir d’achat trop important avec trop peu de biens et de services à vendre a fait exploser les prix. Sans parler des rumeurs selon lesquelles des initiés utilisaient la monnaie locale pour acheter des devises étrangères à des fins personnelles (cela vous dit quelque chose).

Pour reproduire l’inflation de Weimar aux États-Unis, le Congrès devrait augmenter le déficit à environ 8000 milliards de dollars par an, puis vendre ces dollars en permanence sur le marché, en les utilisant pour acheter des devises comme le yen, l’euro et la livre. Et reproduire le Zimbabwe impliquerait une sorte de catastrophe qui anéantirait 80 % de notre capacité productive réelle, puis de continuer à dépenser les dollars fédéraux comme si cela ne s’était jamais produit.

Mais notez qu’il s’avère que ces exemples d’hyperinflation sont imputables à des dépenses publiques excessivement déficitaires, et non à des actions des banques centrales. Et, en fait, d’après ce que j’ai vu, ces niveaux de dépenses déficitaires provoquent toujours l’inflation, peu importe ce que fait la banque centrale. Par exemple, les dépenses déficitaires et l’indexation des prix payés par le gouvernement sur diverses mesures de l’inflation ont propagé toutes les grandes inflations latino-américaines d’un passé relativement récent, même si les banques centrales ont désespérément augmenté les taux, n’ont pas acheté de titres et, en général, ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour promouvoir la stabilité des prix.

La Chine nous offre un point de données contemporain intéressant à considérer. Les dépenses déficitaires en Chine ont dépassé les 20 % par an si l’on inclut les prêts de l’État aux entreprises publiques, aux gouvernements locaux et à d’autres entités pour lesquelles le remboursement n’est pas un facteur, ce qui fait que ces prêts sont, à toutes fins pratiques, assimilables à des dépenses déficitaires. La seule fois où le déficit américain a atteint un tel niveau, avec des taux de croissance à peu près identiques, c’était pendant la Seconde Guerre mondiale. Et bien qu’elle soit considérée comme élevée, l’inflation chinoise semble avoir atteint un pic d’environ 6 %, ce qui est loin de l’hyperinflation et, fait intéressant, ressemble beaucoup à celle des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Et notez que pendant la Seconde Guerre mondiale, la Fed était tout à fait accommodante, comme elle l’est aujourd’hui, en achetant des titres du Trésor pour maintenir des taux à long terme bas.

Ce que tout cela me dit, c’est que l’inflation galopante, quelle qu’en soit la signification, n’est pas quelque chose qui se cache à chaque coin de rue et qui attend de bondir. En fait, il faut beaucoup de travail pour y arriver, et pas de la part de la Fed, mais du Congrès. Et pas seulement ce que nous appellerions des niveaux élevés de dépenses déficitaires, mais des niveaux ultra élevés de dépenses déficitaires.

Je ne crains absolument pas que la Fed provoque de l’inflation. En fait, la théorie et les preuves empiriques me disent que leurs outils fonctionnent plus probablement en sens inverse, en raison des canaux de revenus d’intérêts. En effet, lorsqu’elle abaisse les taux, elle supprime les revenus d’intérêts nets du secteur privé, et lorsqu’elle achète des titres du Trésor américain (QE/assouplissement quantitatif), elle supprime encore plus de revenus d’intérêts de l’économie. Vous vous souvenez des 79 milliards de dollars de bénéfices du portefeuille QE que la Fed a remis au Trésor l’année dernière ? Ces dollars seraient autrement restés dans l’économie.

Quelle est donc la différence fondamentale entre ce que la Fed peut faire et ce que le Congrès peut faire ? La Fed ne peut pas créer d’actifs financiers nets parce qu’elle ne fait qu’acheter, prêter et négocier des actifs financiers. L’achat d’une obligation ou de tout autre titre ne fait qu’échanger un actif financier contre un autre et ne modifie donc pas la richesse nominale (en dollars) de l’économie. Lorsque la Fed achète un titre, ce titre n’est plus détenu par l’économie. La Fed obtient le titre et l’économie obtient un solde égal en dollars sur un compte de la Fed. L’échange se fait aux prix du marché, donc à toutes fins pratiques, il s’agit d’un échange égal.

Cependant, lorsque le Congrès dépense, il achète généralement des biens et services réels, et non des titres et autres actifs financiers. Ainsi, lorsque l’échange a lieu, le Congrès obtient les biens et services réels, qui ne sont pas des actifs financiers, et l’économie obtient des soldes en dollars à la Fed, qui sont des actifs financiers. Les dépenses du Congrès ajoutent donc des actifs financiers à l’économie, au centime près, ce qui les rend très différentes de ce que fait la Fed.

Et notez que lorsque l’économie achète des titres du Trésor, tout ce qui se passe est que les soldes en dollars dont l’économie dispose à la Fed dans ce qu’on appelle les « comptes de réserve » sont déplacés vers des soldes en dollars dans ce qu’on appelle les « comptes de titres » à la Fed. Les dollars dans les comptes titres et les comptes de réserve sont tous des actifs financiers en dollars. Ainsi, les mouvements de va-et-vient ne changent pas la richesse nominale en dollars de l’économie.

En conclusion, la théorie et les preuves me disent qu’il est impossible pour la Fed de créer de l’inflation, quels que soient ses efforts. La raison en est que la Fed ne fait que déplacer des dollars d’un type de compte à un autre, sans jamais modifier les actifs financiers nets détenus par l’économie. La modification des taux d’intérêt ne fait que déplacer les dollars entre les « épargnants » et les « emprunteurs » et l’assouplissement quantitatif ne fait que déplacer les dollars des comptes titres vers les comptes de réserve. Ainsi, la théorie et les preuves empiriques nous disent qu’il ne faut pas s’attendre à beaucoup de changements dans la macroéconomie à partir de ces principaux outils de la Fed, ce qui rend impossible pour la Fed de créer de l’inflation.

Post Script :

Et ne vous laissez pas berner par les arguments centrés sur la théorie des anticipations d’inflation. Cette théorie ne tient pas la route non plus et, si on l’examine de près, elle n’est soutenue ni par la théorie ni par les faits. Le seul soutien qu’elle obtient provient d’hypothèses fondamentalement erronées, que je garderai pour une autre discussion.


Texte original : http://moslereconomics.com

Illustration : https://investir.lesechos.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s