Soft Currency Economics [7] – Inélasticité du Marché des Réserves – Comptabilité principale

Le livre fondateur de MMT

par

Warren Mosler

1996 – 2013

VALANCE CO., INC.,


Traduction par

Robert Cauneau – MMT France et Ivan Invernizzi – MMT France / Rete MMT Italia


Discussion plus approfondie sur l’inélasticité

Le taux des fonds fédéraux peut être très volatile parce que le marché des réserves est inélastique à très court terme. Le système bancaire n’a pas de moyen immédiat de se débarrasser des réserves excédentaires. Un excédent de réserves à l’échelle du système pousserait le taux des fonds à zéro. Même si les banques étaient en mesure d’augmenter leur volume de prêts, les réserves excédentaires persisteraient. Au cours de la période comptable courante, chaque nouveau prêt crée un dépôt quelque part dans le système bancaire, mais chaque nouveau prêt n’absorbe qu’une infime fraction des réserves excédentaires. En outre, les décisions de prêt sont généralement indépendantes des besoins de réserves.

Avec une pénurie de réserves à l’échelle du système, la Fed est la seule source de fonds immédiate. Dans les cas extrêmes, les banques qui ne satisfont pas à leur obligation de constitution de réserves échouent si elles ne sont pas en mesure d’acquérir les réserves requises. Face à l’imminence d’une faillite, les banques font monter le taux des fonds en essayant de s’emprunter l’une à l’autre. Au fur et à mesure que le taux des fonds augmente, un plus grand nombre de banques se tourner vers la fenêtre d’escompte.

Les banques peuvent tenter de réduire leurs réserves obligatoires en réduisant le volume de leurs prêts en cours. Toutefois, forcer le remboursement des prêts est une méthode inefficace pour satisfaire aux exigences de réserves au sein du système bancaire. Lorsqu’une banque est déficitaire de 10 000 $, par exemple, un prêt de 10 000 $ peut être demandé pour augmenter le montant des réserves de 10 000 $. Toutefois, le remboursement du prêt réduit les dépôts dans une autre banque. Le déficit s’est simplement déplacé d’une banque à l’autre. Le remboursement des prêts ne réduit les réserves obligatoires que marginalement au sein du système bancaire. Une réduction considérable du volume des encours de prêts n’entraîne qu’une faible réduction des réserves obligatoires totales des systèmes bancaires. Les positions de réserve doivent être réglées immédiatement et non pas des mois plus tard. Le système bancaire ne peut se procurer des réserves au jour le jour qu’auprès d’une seule source, la Fed. Au cours d’une période comptable donnée, le système bancaire ne dispose d’aucun autre moyen pratique de réduire ses réserves obligatoires d’un montant significatif.

Comptabilité principale

D’une quête plus désespérée pour le contrôle des réserves totales émerge le concept de la comptabilité principale. Le concept est plus un idéal académique qu’une proposition réalisable. Dans un système comptable principal, la période de constitution serait en fait antérieure à la période de calcul. Un tel système aboutirait à un environnement très restrictif et très instable. Un déficit de réserve dans le cadre d’un système de comptabilisation principale pourrait être étiqueté avec plus de précision comme étant un excédent de dépôt. Dans un tel cas, le système bancaire devrait subir des changements radicaux dans son portefeuille de prêts. Une seule banque peut disposer d’une petite marge de manœuvre pour ajuster son portefeuille de prêts afin de satisfaire à son obligation de constitution de réserves. Par exemple, si la Banque A a un déficit de réserve de 10 millions de dollars et qu’elle est en mesure de forcer le remboursement de 10 millions de dollars de prêts, le solde de réserve de la Banque A augmenterait de 10 millions de dollars. Toutefois, le remboursement du prêt réduit les dépôts dans d’autres banques de 10 millions de dollars. En faisant appel à des prêts, la Banque A n’a pas éliminé l’insuffisance des réserves, mais a simplement transféré cette insuffisance à d’autres banques. Lorsque les banques demandent des prêts, le montant total des dépôts dans le système bancaire diminue, mais la réduction du total des dépôts ne réduit le montant des réserves obligatoires que de façon marginale. Les réserves obligatoires représentent un dixième du total des dépôts ; une réduction importante du montant total des dépôts n’entraînerait qu’une faible réduction du niveau des réserves obligatoires. Les mots « faire appel à des prêts » sortent facilement du traitement de texte, mais qu’est-ce que cela implique ? Tout d’abord, la part des prêts non remboursés qui sont remboursables par anticipation est faible. Par conséquent, le système bancaire américain n’a pas la capacité immédiate d’accroître ou de contracter des dépôts pour satisfaire aux exigences de réserves à court terme. Ensuite, le fait d’imposer des changements dans les portefeuilles de prêts au moyen de la comptabilisation principale causerait une perturbation grave et une volatilité inutile, car les particuliers et les entreprises seraient forcés de vendre des actifs pour réduire leurs emprunts moyennant un préavis d’un jour, peu importe leur avoir ou leur solvabilité.

La volonté de mettre en place une comptabilité des réserves principale est une réaction irréfléchie à l’absence de contrôle direct de la Banque centrale sur l’ensemble des réserves bancaires. C’est une version bancaire de la montagne qui se déplace vers Mahomet. Même si la comptabilisation des réserves principale était adoptée, son effet serait beaucoup trop perturbateur pour être utilisé. L’utilisation par la Réserve fédérale de méthodes de comptabilité principale pour contrôler les prêts bancaires serait comme une force de police locale utilisant des armes nucléaires tactiques pour réprimer un trouble intérieur. Dans un cas comme dans l’autre, le pouvoir de la mesure corrective est tellement manifestement disproportionné par rapport à la situation qu’il est inutilisable.

En savoir plus sur les raisons pour lesquelles la comptabilisation principale est inapplicable – Inélasticité de la demande de prêt

L’intermédiation financière est devenue une institution sophistiquée et essentielle dans l’économie moderne. Le prêt est une réalité pratique de la croissance économique et la demande de prêts est très inélastique à très court terme. Même si les taux d’intérêt changent, le volume des prêts en cours s’ajuste progressivement sur la marge. De nombreux prêts ont un taux fixe et ne sont pas affectés par les variations de taux d’intérêt. A long terme, la demande de prêts, et donc la demande de réserves, devient un peu plus élastique à mesure que les particuliers et les entreprises réagissent aux variations des taux d’intérêt.

De nombreux produits de base partagent la propriété de l’inélasticité à court terme. C’est-à-dire que la demande pour ces biens ne change pas avec un changement dans le prix du bien. Prenons, par exemple, la demande d’air d’un groupe de plongeurs. Si les plongeurs n’avaient plus que quelques respirations d’air et étaient incapables de remonter à la surface, ils seraient sûrement prêts à payer n’importe quel prix pour un réservoir d’air. Les seules options pour les plongeurs sont d’acheter plus d’air ou de périr. Le vendeur imaginaire d’air pourrait fixer n’importe quel prix pour son air. La quantité d’air, cependant, dépend entièrement de ce dont les plongeurs ont besoin. Une fois que les plongeurs ont assez d’air, l’air supplémentaire n’a plus aucune valeur. Les acheteurs déterminent la quantité et le vendeur fixe le prix. L’inélasticité de la demande de réserves du système bancaire est quelque peu analogue à la demande inélastique d’air des plongeurs.

La Réserve fédérale peut fixer le prix des réserves, mais la quantité est déterminée par le système bancaire. Le marché des réserves n’est pas parfaitement inélastique car la Fed permet un certain débordement dans la comptabilisation des réserves bancaires d’une période à l’autre. Cette pratique permet aux banques de lisser une partie de la volatilité de leurs positions de réserves, mais elle ne modifie pas la nature inélastique du marché des réserves. Les efforts pour forcer le marché à accepter moins de prêts que ce qui est demandé seraient presque aussi perturbateurs que de forcer les plongeurs à se débrouiller sans air. Le système bancaire devrait réduire l’encours de leurs prêts en obligeant les clients à vendre immédiatement les actifs financés par le système bancaire. La dislocation insensée des actifs provoquée par une désintermédiation forcée rend une telle action impensable. Les banquiers centraux qui comprennent la nature insoluble du portefeuille de prêts du système bancaire reconnaissent la nécessité d’une comptabilisation décalée des réserves. Une approche sensée pour changer la masse monétaire consiste à modifier le taux des fonds fédéraux afin d’obtenir progresivement le résultat désiré.

Et si personne n’achète la dette

Il n’est pas possible de répondre adéquatement à toutes les questions soulevées par les « phobies de la dette ». L’une des préoccupations les plus courantes, cependant, illustre clairement la crainte non fondée qui découle de la confusion entre emprunts privés et emprunts publics. La question est basée sur l’image de l’Oncle Sam qui se voit refusé par les prêteurs et se retrouve bloqué sans financement.

La crainte que l’État ne soit pas en mesure de vendre des titres ne tient pas compte des mécanismes du processus lui-même. L’impératif de l’emprunt est le soutien des taux d’intérêt. En émettant des titres d’État, l’État offre aux banques la possibilité d’échanger des réserves ne portant pas intérêt contre des titres portant intérêt. Si toutes les banques préfèrent ne percevoir aucun intérêt sur leurs actifs plutôt que d’accepter des paiements d’intérêts de l’État, le refus d’accepter des intérêts devient de facto une taxe pour le système bancaire. Du point de vue du Trésor, l’incapacité de l’État à attirer des prêteurs serait en fait un avantage.

Imaginez que l’État dépense de la monnaie et que le système bancaire, dans un sens, prête de la monnaie à zéro intérêt en refusant d’accepter l’intérêt sur les nouveaux dépôts que les dépenses gouvernementales ont créés. Au lieu de cela, le système bancaire se contente de laisser la monnaie dans un compte ne portant pas intérêt à la Fed. La monnaie est détenue par la Fed dans un sens ou dans l’autre – elle n’a pas d’autre existence. Si la monnaie est laissée comme réserves excédentaires, elle est placée dans un compte ne portant pas intérêt à la Fed. Si la monnaie est prêtée à l’État en achetant des titres d’État, elle est à nouveau détenue sur le compte de l’État à la Fed.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s