Réflexions sur l’étalon-or

par

Warren Mosler

Traduction par Robert Cauneau – MMT France

(échange de courriels)

Le vendredi 24 août 2012 à 5 h 28, Dave a écrit :

Quand vous en aurez l’occasion, pourriez-vous envoyer une note rapide sur les problèmes liés à ce type de raisonnement ?

Les raisons pour lesquelles les nations se sont retirées de l’étalon-or ne sont pas parce que cela fonctionnait si bien et que leurs économies se portaient bien. La raison pour laquelle ils l’ont abandonné, comme les États-Unis l’ont fait en 1934, c’est parce que c’était un désastre.

Historiquement, les nations suspendent leur étalon-or en temps de guerre, lorsqu’elles ont besoin que leurs économies fonctionnent au maximum. Si l’étalon-or est si bon pour l’économie, pourquoi le suspendre quand on a besoin d’une performance économique maximale ? De toute évidence, parce qu’il n’est pas propice à une production réelle maximale.

La question idéologique est de savoir si la fonction première de la monnaie est d’être un véhicule d’investissement/épargne, ou un outil permettant d’approvisionner l’État et d’optimiser les performances économiques réelles. Dans une économie de marché, vous ne pouvez pas fixer le prix de deux choses sans qu’un changement de valeur relative ne vous amène à acheter l’une d’entre elles et à manquer de l’autre. De même, vous ne pouvez pas maintenir le plein emploi et un prix de l’or stable s’il y a un changement de valeur relative entre les deux.

Un étalon-or est une politique de taux de change fixe, dans laquelle l’État offre continuellement d’acheter ou de vendre de l’or à un prix fixe.

Cela signifie que le détenteur d’un dollar, par exemple, a la possibilité de l' »encaisser » contre une quantité fixe d’or de la part de l’État, et qu’un détenteur d’or a la possibilité de le vendre à un prix fixe à l’Etat.

Par conséquent, une nouvelle découverte d’or qui entraîne la vente d’or à l’Etat est inflationniste et tend à augmenter la production et l’emploi, et un navire d’or qui coule en transit ou un désir soudain de thésauriser de l’or est déflationniste et tend à diminuer la production et l’emploi. Et il n’y a rien que l’on puisse faire à propos de ces changements de valeur relative, à part les supporter. Le seul objectif public servi (par définition) est le prix nominal stable de l’or fixé par le Congrès.

Avec un étalon-or, comme tout régime de change fixe, les taux d’intérêt sont nécessairement fixés par les forces du marché. Les dépenses de l’État étant des devises convertibles, il ne peut dépenser que dans la mesure où il dispose de réserves d’or suffisantes pour garantir les devises qu’il dépense. Les réserves d’or étant généralement assez constantes et non extensibles à court terme, cela signifie que les dépenses de l’État sont limitées à ce qu’il peut taxer et/ou emprunter. Ainsi, lorsque l’État souhaite dépenser de manière déficitaire, il le fait en « imprimant » de nouveaux dollars convertibles qui risquent d’être « échangés » contre de l’or. L’emprunt public a donc pour fonction d’éliminer ce risque en retardant les privilèges de conversion jusqu’à ce que les emprunts arrivent à échéance. Cela signifie que l’État est en concurrence avec le droit de convertir lorsque l’État emprunte. En d’autres termes, le détenteur de certificats d’or a le choix entre convertir en or ou acheter des titres du Trésor. Le taux d’intérêt que le Trésor doit payer représente donc le taux d’indifférence des détenteurs de la monnaie convertible entre encaisser la monnaie contre de l’or maintenant ou gagner le taux d’intérêt et ne pas pouvoir convertir jusqu’à l’échéance. Notez que c’est dans les environnements de taux de change fixes que les coûts d’emprunt des États ont grimpé en flèche jusqu’à des montants à trois chiffres, car les États ont rivalisé avec leurs fonctions de conversion, et notez que les États perdent généralement ces combats lorsque la courbe devient verticale, ce qui exprime le fait qu’à ce stade, aucun taux d’intérêt ne peut empêcher les détenteurs de la monnaie de vouloir la convertir.

Notez que cela signifie également que les réserves d’or des nations sont les capitaux propres nets qui soutiennent l’ensemble de la structure de crédit du dollar, une source de fragilité et d’instabilité financière permanente.

Vous trouverez tout cela ici, dans un article que j’ai rédigé à la fin des années 1990.

J’espère que cela vous aidera !

Quelques réflexions supplémentaires :

L’étalon-or n’empêche pas une crise financière, mais il en rend les conséquences beaucoup plus graves.

Nous étions sur un étalon-or lorsque le boom de la dette du secteur privé des années 20 a conduit au crash de 1929 et à la dépression qui a suivi. 4 000 banques ont fermé avant que nous n’abandonnions l’étalon-or en 1934, et la situation ne faisait qu’empirer, raison pour laquelle nous l’avons abandonné.

L’or n’aurait pas empêché le boom des subprimes d’avant 2008, mais il en aurait rendu les conséquences beaucoup plus graves. Notamment l’absence d’apport de liquidités de la part de la Fed pour compenser une pénurie à l’échelle du système due à la thésaurisation et à la surenchère des banques pour des fonds qui n’existaient pas, la perte de financement des stocks par la plupart des entreprises, qui ont été contraintes de liquider leurs stocks en raison de la hausse des taux et de la concurrence pour des fonds qui n’existaient pas, et l’absence de dépenses déficitaires pour l’indemnisation du chômage en raison de la baisse des recettes fédérales due à l’effondrement. En d’autres termes, les stabilisateurs fiscaux automatiques sur lesquels nous comptons ne peuvent pas être là. Il s’agit plutôt d’un désastre déflationniste qui ne prendra fin que lorsque les prix auront suffisamment baissé pour refléter les changements de valeur relative entre l’or et tout le reste.

Notez que la récente décennie au cours de laquelle l’or est passé de moins de 600 dollars à plus de 1 600 dollars est considérée comme un signe « inflationniste » et une « dévaluation du dollar » de 250 %, car il faut 2,5 fois plus de dollars pour acheter la même quantité d’or. Mais si nous avions été sous un étalon-or, et toutes choses égales par ailleurs, et si l’or avait été fixé à 600 $ à l’époque, le même changement de valeur relative se serait manifesté par une baisse d’autant du niveau général des prix dans un cauchemar déflationniste impensable.

________________

Illustration : www.lenouveleconomiste.fr

Texte original : moslereconomics.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s