Les 7 escroqueries innocentes et mortelles de politique économique – Avant-Propos

Warren Mosler

2012

Valance Co., Inc.,

Traduction par Robert Cauneau – MMT France

__________________

« L’un des esprits les plus brillants de la finance. » CNBC (6/11/10)

« Warren Mosler est l’un des participants les plus originaux et les plus lucides des débats actuels sur la politique économique. » JAMES GALBRAITH, ANCIEN DIRECTEUR EXÉCUTIF, COMITÉ ÉCONOMIQUE MIXTE ET PROFESSEUR, UNIVERSITÉ DU TEXAS – AUSTIN

« Je peux dire sans hésitation que Warren Mosler a eu l’impact le plus profond sur notre compréhension de la monnaie moderne et des budgets gouvernementaux de tous ceux que je connais, y compris les lauréats du prix Nobel, les directeurs des banques centrales, les ministres des Finances et les professeurs titulaires de Ivy League Universities.. Il n’est pas exagéré de dire que ses idées concernant la théorie et la politique économiques sont à l’origine du nouveau paradigme économique le plus passionnant des 30 dernières années – peut-être plus – et qu’il a inspiré plus d’économistes à se tourner vers le monde réel des politiques économiques que tout autre individu. » DR. MATTHEW FORSTATER, PROFESSEUR D’ÉCONOMIE, UNIVERSITÉ DU MISSOURI – KANSAS CITY

« Warren est l’un des rares individus qui comprennent la monnaie et la finance, ainsi que le fonctionnement du Trésor et de la Fed. Il reçoit des informations provenant d’experts de l’industrie du monde entier. » WILLIAM K. BLACK, PROFESSEUR AGRÉGÉ D’ÉCONOMIE ET DE DROIT, UNIVERSITÉ DU MISSOURI – KANSAS CITY

« Il[Warren Mosler] représente une combinaison rare : quelqu’un qui combine une connaissance exceptionnelle de la finance avec la sagesse et la compassion requises pour nous proposer une série de politiques qui nous ramèneront au plein emploi durable. » MARSHALL AUERBACK, STRATÈGE DE PORTEFEUILLE MONDIAL, RAB CAPITAL AND FELLOW, ECONOMISTS FOR PEACE & SECURITY

« Dans ce livre, Warren Mosler emprunte la notion de  » escroquerie innocente  » de John Kenneth Galbraith et identifie sept des mythes les plus destructeurs et les plus répandus sur l’économie. Comme Galbraith, Mosler choisit d’accepter la possibilité que l’escroquerie soit involontaire, résultant de l’ignorance, de l’incompréhension ou, très probablement, de l’application du mauvais paradigme économique à notre économie mondiale réelle. Pour dire les choses aussi simplement que possible, bon nombre des croyances les plus dangereuses au sujet du fonctionnement de l’économie auraient une certaine pertinence si les États-Unis adoptaient un étalon-or strict. Pourtant, de toute évidence, le dollar américain n’a plus aucun lien avec l’or depuis l’éclatement du système de Bretton Woods.

Alors, quelles sont les escroqueries mortelles (mais peut-être innocentes) ? Premièrement, les finances publiques sont censées être similaires aux finances des ménages : le gouvernement doit d’abord taxer et emprunter avant de pouvoir dépenser. Deuxièmement, les déficits d’aujourd’hui sont des fardeaux de dette publique pour nos petits-enfants. Troisièmement, pire encore, les déficits absorbent l’épargne d’aujourd’hui. Quatrièmement, la Sécurité sociale a promis des pensions et des soins de santé qu’elle ne pourra jamais offrir. Cinquièmement, le déficit commercial américain réduit l’emploi intérieur et endette dangereusement les Américains livrés ainsi aux caprices des étrangers – qui pourraient décider de mettre fin à l’offre de prêts dont nous avons besoin. Sixièmement, en ce qui concerne l’escroquerie numéro trois, nous avons besoin de l’épargne pour financer l’investissement (de sorte que les budgets gouvernementaux permettent moins d’investissements). Enfin, l’augmentation des déficits budgétaires implique que les impôts devront être plus élevés à l’avenir, ce qui alourdira le fardeau des futurs contribuables.

Mosler montre que ces croyances, qu’elles soient ou non innocentes, sont certainement erronées. Encore une fois, il pourrait y avoir une sorte d’économie dans laquelle elles pourraient être plus ou moins correctes. Par exemple, dans une économie non monétaire, un agriculteur doit conserver le maïs de semence pour l’investir dans la récolte de l’an prochain. Pour ce qui est de l’étalon-or, un gouvernement doit vraiment taxer et emprunter pour s’assurer de pouvoir maintenir un taux de change fixe. Et ainsi de suite. Mais dans le cas des devises non convertibles (en ce sens que le gouvernement ne promet pas de convertir à un taux de change fixe en métaux précieux ou en devises étrangères), aucun de ces mythes ne tient la route. Chacun est une escroquerie.

La meilleure raison de lire ce livre est de s’assurer que vous pouvez reconnaître une escroquerie quand vous en entendez une. Et dans son style clair et précis. Mosler vous fera découvrir le bon paradigme pour comprendre le monde dans lequel nous vivons. »

L. RANDALL WRAY, PROFESSEUR D’ÉCONOMIE, UNIVERSITÉ DU MISSOURI – KANSAS CITY, DIRECTEUR DE RECHERCHE, CENTER FOR FULL EMPLOYMENT & PRICE STABILITY, SENIOR SCHOLAR AT LEVY ECONOMICS INSTITUTE, AUTEUR DE UNDERSTANDING MODERN MONEY, THE KEY TO FULL EMPLOYMENT AND PRICE STABILITY AND EDITOR, CREDIT AND STATE THEORIES OF MONEY: THE CONTRIBUTIONS OF A. MITCHELL INNES


Avant-propos (par James K. Galbraith)

Warren Mosler est un oiseau rare : un économiste autodidacte qui n’est pas excentrique ; un investisseur prospère qui n’est pas vantard ; un homme d’affaires doué pour l’enseignement ; un financier avec un véritable engagement envers le bien public.

Nous avons cosigné des témoignages et, à l’occasion, un article, et j’atteste fermement que sa contribution à ces efforts a dépassé la mienne.

Beaucoup d’économistes valorisent la complexité pour elle-même. Un coup d’œil à n’importe quelle revue économique moderne le confirme. Un argument vraiment incompréhensible peut apporter beaucoup de prestige ! Le problème, cependant, c’est que lorsqu’un argument semble incompréhensible, cela signifie souvent que la personne qui le présente ne le comprend pas elle-même. (Je viens de participer à une réunion de banquiers centraux européens et d’ économistes monétaires internationaux à Helsinki, en Finlande. Après un article, j’ai demandé à un économiste suédois très distingué de combien de personnes il pensait qu’il avait suivi les calculs. Il dit : « Zéro. »); le don de Warren est une lucidité transparente. Il réfléchit le plus simplement possible. (Et il y met beaucoup d’efforts – la vraie simplicité est difficile.) Il préfère la métaphore familière et l’exemple simple. Vous pouvez expliquer son raisonnement à la plupart des enfants (au moins aux miens), à n’importe quel étudiant et à n’importe quel acteur des marchés financiers. Seuls les économistes, avec leur puissante loyauté aux idées fixes, ont du mal à l’accepter. Les politiciens, bien sûr, comprennent souvent, mais se sentent rarement libres de dire ce qu’ils pensent.

Warren Mosler nous présente maintenant un petit livre dans lequel il expose son raisonnement sur sept questions clés. Il s’agit des déficits et de la dette publique, de la relation entre déficits publics et épargne privée, de celle entre épargne et investissement, de la Sécurité Sociale et du déficit commercial. Warren les appelle « Sept Escroqueries Innocentes et Mortelles » – reprenant une phrase inventée par mon père comme titre de son dernier livre. Le vieux Galbraith aurait aimé.

Le dénominateur commun entre ces thèmes est la simplicité même. C’est que la monnaie moderne est un tableur ! Elle fonctionne avec les ordinateurs ! Lorsque le gouvernement dépense ou prête, il le fait en ajoutant des chiffres aux comptes bancaires privés. Lorsqu’il taxe, il annote ces mêmes comptes. Lorsqu’il emprunte, il transfère des fonds d’un dépôt à vue (appelé compte de réserves) vers un compte d’épargne (appelé compte de titres). Et c’est tout ce qui se passe concrètement. La monnaie dépensée par le gouvernement ne vient de nulle part et ne coûte rien à produire. Le gouvernement ne peut donc pas en être à court.

La monnaie est créée par les dépenses publiques (ou par les prêts bancaires, qui créent des dépôts). Les impôts servent à nous faire désirer cette monnaie – nous en avons besoin pour payer les impôts. Et ils aident à réguler les dépenses totales, de sorte que nous n’avons pas plus de dépenses totales que de biens disponibles aux prix courants, ce qui entraînerait les prix vers le haut et de l’inflation. Mais les impôts ne sont pas nécessaires avant de dépenser – et ils pourraient difficilement l’être, car avant que le gouvernement ne dépense, il n’y a pas de monnaie à taxer.

Un gouvernement qui emprunte dans sa propre monnaie ne doit jamais manquer à ses obligations ; pour les payer, il suffit d’ajouter les intérêts sur les comptes bancaires des détenteurs de titres. Un gouvernement ne peut que décider de ne pas honorer ses engagements – un suicide financier – ou (dans le cas d’un emprunt public dans une devise qu’il ne contrôle pas) être contraint de ne pas honorer ses engagements par ses banquiers. Mais une banque américaine encaissera toujours un chèque émis par le gouvernement américain, quoi qu’il arrive.

La dette publique n’est pas non plus un fardeau pour l’avenir. Comment est-ce possible ? Tout ce qui sera produit à l’avenir sera consommé à l’avenir. La quantité produite dépendra de la productivité de l’économie à ce moment-là. Cela n’a rien à voir avec la dette publique d’aujourd’hui; une dette publique plus élevée aujourd’hui ne réduit pas la production future – et si elle incite à une utilisation judicieuse des ressources d’aujourd’hui, elle peut accroître la productivité de l’économie de demain.

Les déficits publics accroissent l’épargne financière privée – en comptabilité, dollar pour dollar. Les importations sont un avantage, les exportations un coût. Nous n’empruntons pas auprès de la Chine pour financer notre consommation : l’emprunt qui finance une importation en provenance de Chine est effectué par un consommateur américain dans une banque américaine. La privatisation de la Sécurité Sociale ne ferait que remanier la propriété d’actions et d’obligations dans l’économie – en transférant des actifs risqués aux personnes âgées et des actifs plus sûrs aux plus riches – sans entraîner d’autres effets économiques. La Réserve fédérale fixe les taux d’intérêt comme elle le souhaite.

Tout cela fait partie des principes simples énoncés dans ce petit livre.

On y trouve également un récit intéressant de l’éducation d’un financier et un programme d’action pour sauver l’économie américaine de la crise du chômage élevé. Warren y parviendrait en suspendant la taxe sur les salaires – en donnant à chaque travailleur américain une augmentation de plus de 8 %, après impôts ; en accordant une subvention par habitant aux États et aux administrations locales, pour remédier à leurs crises financières ; et en offrant un programme public d’emploi à un salaire modeste à quiconque en veut un. Cela éliminerait les formes dangereuses de chômage et nous permettrait de mettre, en particulier, nos jeunes au travail.

Les héros de Warren, parmi les économistes et en dehors de mon père, sont Wynne Godley et Abba Lerner. Godley – un homme merveilleux qui vient de décéder – a préfiguré une grande partie de ce travail avec ses modèles macroéconomiques cohérents stocks-flux, qui se sont révélés être l’un des meilleurs outils de prévision du domaine. Lerner a défendu la «finance fonctionnelle», ce qui signifie que la politique publique devrait être jugée en fonction de ses résultats réels – emploi, productivité et stabilité des prix – et non en fonction de ce qui pourrait arriver au budget et à la dette. Warren aime également invoquer la loi de Lerner – le principe selon lequel, en économie, il ne faut jamais compromettre les principes, peu importe les difficultés que les autres ont à les comprendre. J’aimerais être aussi doué que lui pour observer ce principe.

Dans l’ensemble, ce livre est une lecture attrayante et très instructive – hautement recommandée.

James K. Galbraith, Université du Texas à Austin, 12 juin 2010


Prologue

Le professeur John Kenneth Galbraith a introduit le terme «escroquerie innocente» dans son dernier livre, The Economics of Innocent Fraud, qu’il avait écrit à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans en 2004, deux ans seulement avant sa mort. Le professeur Galbraith a inventé cette expression pour décrire diverses hypothèses erronées adoptées par les économistes traditionnels, les médias et surtout les politiciens.

La présomption d’innocence, encore un autre exemple de l’esprit élégant et mordant de Galbraith, implique que ceux qui perpétuent l’escroquerie sont non seulement fautifs, mais également pas assez intelligents pour comprendre ce qu’ils font réellement. Et toute revendication d’entente préalable devient un aveu d’escroquerie délibérée – une auto-incrimination impensable.

Les opinions économiques de Galbraith ont conquis un large public dans les années 1950 et 1960, notamment avec ses livres les plus vendus, The Affluent Society et The New Industrial State. Bien connecté aux administrations Kennedy et Johnson, il a été ambassadeur des États-Unis en Inde de 1961 à 1963, date à laquelle il a repris ses fonctions de professeur d’économie de Harvard. Galbraith était en grande partie un keynésien qui croyait que seule une politique budgétaire peut restaurer le «pouvoir de dépenser». La politique budgétaire est ce que les économistes appellent des réductions d’impôts et des augmentations de dépenses, et les dépenses en général sont ce qu’ils appellent la demande globale.

Milton Friedman, l’universitaire antagoniste de Galbraith, a dirigé une autre école de pensée connue sous le nom de «monétarisme». Les monétaristes estiment que le gouvernement fédéral devrait toujours maintenir le budget équilibré et utiliser ce qu’ils ont appelé la «politique monétaire» pour réguler l’économie. Au départ, cela signifiait que la «masse monétaire» devait continuer à croître lentement et régulièrement pour contrôler l’inflation et laisser l’économie faire ce qu’elle pourrait. Cependant, ils n’ont jamais réussi à trouver une mesure de la masse monétaire qui fasse l’affaire, et la Réserve fédérale n’a jamais pu trouver un moyen de contrôler les mesures de la monnaie qu’ils expérimentaient.

Paul Volcker a été le dernier président de la Fed à tenter de contrôler directement la masse monétaire. Après une longue période d’actions qui n’a fait que démontrer ce que la plupart des banquiers centraux savaient depuis très longtemps – qu’il n’existait pas de contrôle de la masse monétaire – Volcker mit fin à ses efforts.

La politique monétaire fut rapidement redéfinie comme une politique consistant à utiliser les taux d’intérêt comme instrument de la politique monétaire plutôt que comme mesure de la quantité de monnaie. Et les  » anticipations d’inflation  » sont parvenues en tête de liste des causes de l’inflation, car la masse monétaire ne jouait plus un rôle actif. Il est intéressant de noter que « monnaie » n’apparaît nulle part dans les derniers modèles mathématiques monétaristes qui préconisent l’utilisation des taux d’intérêt pour réguler l’économie.

Chaque fois qu’il y a de graves effondrements économiques, les politiciens ont besoin de résultats – sous la forme de plus d’emplois – pour rester en fonction. D’abord, ils regardent la Réserve fédérale baisser les taux d’intérêt, attendant patiemment que les taux bas  » fonctionnent « . Malheureusement, les taux d’intérêt ne semblent jamais « faire effet ». Puis, alors que la montée du chômage menace la réélection des membres du Congrès et du Président, les politiciens se tournent vers les politiques keynésiennes de réduction des impôts et d’augmentation des dépenses. Ces politiques sont mises en œuvre malgré les vives objections et les sombres prédictions de la majorité des banquiers centraux et des économistes traditionnels.

C’est Richard Nixon qui a déclaré lors de la récession économique de 1973 : « Nous sommes désormais tous keynésiens. »

Malgré la déclaration de Nixon, les vues keynésiennes de Galbraith furent écartées par les monétaristes lorsque la  » grande inflation  » des années 1970 envoya des ondes de choc dans la psyché américaine. La politique publique se tourna vers la Réserve fédérale et sa manipulation des taux d’intérêt comme le moyen le plus efficace de faire face à ce qu’on appela la  » stagflation  » – la combinaison d’une économie stagnante et d’une inflation élevée.

Je suis entré dans le secteur bancaire en 1973 avec un emploi de recouvrement de prêts en souffrance à la Caisse d’épargne de Manchester dans ma ville natale de Manchester, Connecticut. J’étais le gestionnaire de portefeuille de la banque en 1975, ce qui m’a mené à Wall St. en 1976, où j’ai travaillé dans la salle des marchés jusqu’en 1978. Puis j’ai été engagé par William Blair and Company à Chicago pour adjoindre l’arbitrage de titres à revenu fixe à son service des titres de sociétés. C’est à partir de là que j’ai créé mon propre fond en 1982. J’ai vu la « grande inflation » comme un phénomène d’augmentation des coûts dû au pouvoir de fixation des prix de l’OPEP. Elle avait toutes les apparences d’un cartel qui fixait des prix de plus en plus élevés, ce qui a provoqué une forte inflation, et une simple réaction de l’offre qui la brisa. Lorsque l’OPEP fit passer le prix nominal du pétrole brut de 2 $ le baril au début des années 1970 à un sommet d’environ 40 $ le baril environ 10 ans plus tard, je pus entrevoir deux résultats possibles. Le premier était de s’en tenir d’une manière ou d’une autre à un scénario de valeur relative, où l’inflation aux États-Unis demeurait relativement faible et où payer plus cher pour le pétrole et l’essence signifiait simplement moins de demande et des prix plus faibles pour presque tout le reste, les salaires et les traitements restant relativement constants. Cela aurait entraîné une réduction drastique des termes de l’échange et du niveau de vie réels, et une augmentation encore plus importante des termes de l’échange et du niveau de vie réels pour les exportateurs de pétrole.

Le deuxième résultat, qui s’est produit, est qu’il s’en est suivi une inflation générale, de sorte que même si l’OPEP a obtenu des prix plus élevés pour son pétrole, elle a dû aussi payer des prix plus élevés pour ce qu’elle voulait acheter, laissant les termes de l’échange réels pas si différents après que le prix du pétrole se soit finalement établi entre 10 et 5 $ le baril, où il est resté plus d’une décennie. Et d’où j’étais assis, je ne vis aucune conséquence déflationniste de la politique monétaire « serrée ». C’est plutôt la déréglementation du gaz naturel en 1978 qui a permis aux prix du gaz naturel d’augmenter et, par conséquent, aux puits de gaz naturel de ne pas être plafonnés. Les entreprises américaines de services publics d’électricité ont alors remplacé le pétrole à prix élevé par le gaz naturel, qui était encore moins cher. L’OPEP réagit à cette réaction de l’offre en réduisant rapidement la production pour tenter d’empêcher les prix de tomber en dessous de 30 dollars le baril de pétrole. La production fut réduite de plus de 15 millions de barils par jour, mais ce ne fut pas suffisant, et ils se noyérent dans la mer de la production excédentaire mondiale de pétrole alors que les services publics d’électricité continuaient à passer à d’autres combustibles.

Ce livre est divisé en trois sections. La première partie révèle immédiatement les sept « escroqueries innocentes » qui, à mon avis, sont les obstacles les plus profonds à la prospérité nationale. Ils sont présentés d’une manière qui ne nécessite aucune connaissance ou compréhension préalable du système monétaire, de l’économie ou de la comptabilité. Les trois premiers concernent le déficit budgétaire du gouvernement fédéral, le quatrième concerne la Sécurité Sociale, le cinquième le commerce international, le sixième l’épargne et l’investissement et le septième le retour au déficit budgétaire fédéral. Le dernier chapitre est le message central ; il a pour but de promouvoir une compréhension universelle de ces questions cruciales auxquelles notre pays est confronté.

La deuxième partie est l’évolution de ma prise de conscience de ces sept escroqueries innocentes et mortelles au cours de mes plus de trois décennies d’expérience dans le monde de la finance.

Dans la troisième partie, j’applique la connaissance des sept escroqueries innocentes et meurtrières aux principaux enjeux de notre époque.

Dans la quatrième partie, je présente un plan d’action précis pour que notre pays réalise son potentiel économique et restaure le rêve américain.

Le 15 avril 2010

Warren Mosler


VUE D’ENSEMBLE

Les Sept escroqueries innocentes et mortelles de politique économique

1. Le gouvernement doit lever des fonds au moyen d’impôts ou d’emprunts pour pouvoir dépenser. En d’autres termes, les dépenses du gouvernement sont limitées par sa capacité d’imposer ou d’emprunter.

2. Avec les déficits gouvernementaux, nous laissons le fardeau de la dette à nos enfants.

3. Les déficits budgétaires du gouvernement évincent l’épargne.

4. La Sécurité Sociale ne fonctionne plus.

5. Le déficit commercial est un déséquilibre insoutenable qui prive d’emplois et de production.

6. Nous avons besoin de l’épargne pour fournir les fonds nécessaires à l’investissement.

7. C’est une mauvaise chose que des déficits plus élevés aujourd’hui se traduisent par des impôts plus élevés demain.


Introduction

Le but de ce livre est de promouvoir la restauration de la prospérité américaine. Je prétends que les sept escroqueries innocentes et mortelles de politique économique sont tout ce qui se trouve entre le gâchis économique d’aujourd’hui et le rétablissement complet de la prospérité américaine.

Au moment de la publication de ce livre, je fais campagne pour le poste de sénateur américain de mon État natal du Connecticut, uniquement pour des raisons de conscience. Je cours pour promouvoir mon programme national visant à rétablir la prospérité américaine avec les trois propositions suivantes.

La première est ce qu’on appelle une « exonération complète de l’impôt sur les salaires”, en vertu duquel le Trésor américain cesse de prendre quelque 20 milliards de dollars CHAQUE SEMAINE à des personnes qui travaillent pour gagner leur vie et effectuent tous les paiements de la FICA [NdT : FICA est une contribution fédérale américaine sur les salaires destinée à la fois aux employés et aux employeurs pour financer la sécurité sociale et le Medicare], tant pour les employés que pour les employeurs. Le couple américain moyen gagnant 100.000 $ par année verra son salaire net augmenter de plus de 650 $ PAR MOIS, ce qui l’aidera à faire ses versements hypothécaires et à rester à la maison, ce qui mettrait fin à la crise financière. De plus, le salaire net supplémentaire aidera tout le monde à payer ses factures et à faire ses courses, alors que les Américains retourneront à ce qui était notre mode de vie normal.

Ma deuxième proposition est que le gouvernement fédéral distribue aux gouvernements des États, sans aucune contrainte, un partage du revenu de 500 dollars par habitant, afin de leur faire passer le cap et de les aider à maintenir leurs services essentiels. Le pouvoir de dépenser et les millions d’emplois financés par les dépenses de la population tirées du supplément de salaire perçu du congé d’impôt sur les salaires rétabliraient l’activité économique et les recettes des États reviendraient à leur niveau d’avant la crise.

Ma troisième proposition appelle au rétablissement de la prospérité américaine par le biais d’un emploi de 8 $/h financé par le gouvernement fédéral pour quiconque veut et peut travailler. L’objectif principal de ce programme est d’assurer la transition entre le chômage et l’emploi dans le secteur privé. Une exonération de la taxe sur les salaires et le partage des revenus de l’État entraîneraient une vague immédiate d’activité économique, les employeurs du secteur privé cherchant rapidement à embaucher des millions de travailleurs supplémentaires pour répondre à la demande croissante pour leurs produits. Malheureusement, les récessions passées ont montré que les entreprises hésitent à embaucher ceux qui ont été sans emploi, avec le fait que les chômeurs de longue durée sont les moins attrayants. L’emploi transitoire attirerait également ces personnes sur le marché du travail, en leur donnant l’occasion de démontrer ce qu’ils peuvent faire et de montrer qu’ils sont responsables et qu’ils peuvent se mettre au travail à temps. Il s’agit notamment de donner la possibilité de travailler à de nombreuses personnes qui ont plus de mal à trouver un emploi dans le secteur privé, notamment les adolescents à haut risque, les personnes sortant de prison, les personnes handicapées et les personnes âgées, ainsi que les personnes d’âge moyen qui ont perdu leur emploi et épuisé leurs allocations chômage. Même si ce programme entraînerait les dépenses les plus faibles de mes trois propositions, il est tout aussi important puisqu’il aide à faciliter et à optimiser la transition vers l’emploi dans le secteur privé à mesure que l’économie croît.

Alors, en quoi suis-je le mieux qualifié pour promouvoir ces propositions ? Ma confiance vient de 40 ans d’expérience dans le domaine financier et économique. J’oserais dire que je suis peut-être la seule personne qui puisse répondre à la question : « Comment allez-vous payer pour ça ? » Mon livre aborde cette question et encourage le retour de l’étude économique aux réalités opérationnelles de notre système monétaire.

____________________

Texte original : https://moslereconomics.com

Illustration : https://www.facebook.com/FederationGalactiqueDeLumiere/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s